Candlelight, les concerts à la bougie, s’installent à Lille (normalement) pour de bon

Dans Lille, Music in my ears

Photo @Candlelight

Scroll par là

Vous les avez peut-être vus passer sur votre feed Insta ou Facebook : des concerts de musique classique éclairés exclusivement à la bougie sont programmés pour le mois de janvier prochain à Lille. On se demandait ce que c’était que ce concept, alors on a discuté avec Solal Azeroual, le directeur artistique.

Figurez-vous un peu : les Quatre Saisons de Vivaldi jouées par un orchestre de chambre professionnel dans un lieu pas particulièrement habitué à accueillir des concerts, le tout éclairé uniquement à la bougie. Ça claque, hein ? Ça va se passer au plus tard en janvier prochain, dans des lieux encore tenus secrets à Lille. “C’est sympa de faire comme ça, s’amuse Solal Azeroual. La ‘secret place’, ça permet de susciter l’envie. Et puis on propose d’abord une expérience.” Depuis la mise en vente des premiers billets pour les dates du mois janvier, presque toutes les places ont été vendues. Mais rassurez-vous : ce ne sont que les premières d’une longue série.

En vérité si je peux programmer des dates plus tôt, je le ferai. Mais avec le Covid, on est dans le flou, on ne sait pas à quel moment cette année on pourra recommencer à proposer des concerts.” Ceux que Solal organise pour le compte de Fever, une boite de création d’événementiel décalée et basée en Espagne, sont simples à organiser et coronacompatibles. Les spectateurs sont assis et le format est court : “Il faut prévoir un peu plus d’une heure. En fait, c’est une heure de musique, mais je fais une petite introduction au début, et je pousse aussi beaucoup les musiciens à interagir avec le public. Un pianiste qui fait des vannes sur Chopin, c’est génial.

Vannes sur Chopin

Parce que le créneau de Fever et de ces concerts à la bougie, c’est bien de décontracter la musique classique, faire tomber les codes qui entourent une représentation d’un orchestre de chambre ou d’un pianiste soliste. “Il y a trop de normes dans cet univers. On essaie de sortir des carcans traditionnels en proposant aux gens d’aller écouter de la musique classique ailleurs que dans les salles de concert.” Et en ne mettant aucune règle inutile. “Les gens sont là pour écouter de la musique, et pour ça, tout le monde a les bons codes.

En janvier, les concerts proposés font bien envie : vous avez le choix entre les Quatre Saisons de Vivaldi, une sélections de best of Chopin (dont les Nocturnes et la Fantaisie impromptue) dans une version piano solo et la même avec Beethoven, mais en mode quatuor. Pour interpréter cette programmation, Solal est en plein casting. Et a visité une douzaine de lieux qu’il préfère garder secrets. Et puis il n’y aura plus qu’à installer les bougies (des leds à la lumière chaude, pour éviter tout risque d’incendie).

Cette douzaine de concerts prévue à Lille n’est que le commencement : “L’idée, c’est d’installer Candlelight pour de bon à Lille, et d’organiser des concerts très régulièrement.” Avec une programmation qui évoluera en fonction des demandes.

Pour essayer de choper votre place, on vous renvoie vers le site de Fever. Selon la catégorie, comptez entre 15 et 40 euros le billet.

MàJ : Solal vient de rajouter une date pour Chopin : vous pouvez aussi réserver votre soirée du 7 octobre.