Mahjoub Ben Bella avait semé ses œuvres dans toute la métropole lilloise

Dans Culturons-nous, Lille
Scroll par là

On sait ce que vous allez nous dire : on arrive un peu tard. Le peintre tourquennois Mahjoub Ben Bella est mort le 11 juin dernier à l’âge de 74 ans. L’artiste a laissé un univers d’œuvres généreuses et colorées à travers le monde. Même si c’est aussi possible, pas la peine d’aller à New York pour les voir. 

Peut-être serez-vous contents d’avoir un petit récapitulatif des épisodes de la vie de Mahjoub Ben Bella. Le monsieur naît en 1946 à Maghnia, en Algérie. A 19 ans, il s’envole pour la France pour  suivre les enseignements de l’école des Beaux-Arts de Tourcoing. Il fera aussi une incursion à l’école des arts décoratifs et aux Beaux-Arts de Paris. 

Mais son cœur belongs to Tourcoing. Il s’y installe avec sa femme Brigitte et commence à créer son univers. Tapageur, généreux, coloré, teinté d’Orient, plein de calligraphies arabes et d’influences françaises voire même nordistes… Il peint à l’huile, à l’aquarelle, sur du verre, sur des céramiques, sur du papier… 

Le monsieur a construit sa carrière depuis la région. En 1983, il peint 380m2 du pignon d’un immeuble au Nouveau Siècle (l’immeuble a depuis été détruit). 

En 1986, il peint les pavés du Paris-Roubaix. En 2000, il s’attaque à la station Colbert à Tourcoing. Puis en 2008, le British Muséum lui achète sept toiles. L’année suivante, il entre au catalogue du MoMA à New York. Tout au long de sa vie d’artiste, il a exposé dans le monde entier. Voilà, carrière canon pour un personnage attachant si on en croit les différents articles d’hommages. 

On ne le rencontrera pas, mais on pourra aller admirer ses œuvres. Elles sont nichées dans tout un tas de lieux de la métropole lilloise. C’est là qu’on dégaine le point boulette. 

  • Au MuBA de Tourcoing 
  • A la Piscine de Roubaix
  • Au LaM de Villeneuve-d’Ascq
  • A la mairie de Lille 
  • A la Fondation Septentrion à Bondues
  • A la mairie de Fâche-Thumesnil
  • A la station de métro Colbert (ligne 2)

Et un peu plus loin : 

  • Au musée de la Chartreuse à Douai, accessoirement
  • A l’Institut du Monde Arabe de Paris

Pour info, l’Institut du Monde Arabe de Tourcoing a décidé d’adapter sa programmation à venir pour rendre un dernier hommage artistique au peintre. On vous en dit plus quand on en sait plus.