En attendant une édition IRL en octobre, le Refugee Food Festival se déroule en ligne

Dans Ch'est bieau, Food Porn, Lille

Photo @Margot Dujardin

Scroll par là

C’est une idée qui a convaincu son monde : chaque année, dans tout un tas de villes de France, des restos ouvrent les portes de leur cuisine à des cuistots réfugiés le temps d’une soirée. Cette année, il a été difficile de maintenir un événement qui devait se passer dans des restos, vu qu’ils étaient tous fermés. Du coup, le festival s’est tenu en ligne. 

En janvier, on a commencé à préparer la nouvelle édition du festival, raconte Goundo, bénévole de l’association. Mais comme beaucoup, on a été un peu pris de court.” En mars, tout le monde se fait confiner et les restos ferment leurs portes pour une durée indéterminée. Difficile, dans ce contexte là, d’organiser un festival dont le but est de faire venir du monde dans les restos. “Avec les équipes des autres villes, on s’est dit qu’on allait faire une version digitale“, poursuit Goundo. Et figurez-vous que le 20 juin est la journée mondiale des réfugiés. La période parfaite pour démarrer cette version numérique du festival.

Depuis cette date, des témoignages, photos et recettes en vidéo des quatre coins de la France sont postés. Ils mettent en avant les cuisiniers et leurs recettes, racontent un peu leur histoire, et font vivre le festival en ligne. A défaut de manger les plats préparés par les cuisiniers, on peut au moins reproduire leurs recettes chez soi. A Lille, c’est Nasser Muhanna, réfugié soudanais, qui a cuisiné chez Guillaume, un bénévole de l’association. Il y concocte un gima, met soudanais qui s’annonce comme un plat nourrissant, de ceux qui réconfortent et rassurent.

🧡 LILLE✨ NASSER, CUISINIER SOUDANAIS 🌿Nasser Muhanna a participé au Refugee Food Festival à Lille en juin 2019 à L'…

Publiée par Refugee Food Festival sur Lundi 29 juin 2020

Cette version digitale n’est qu’un prélude à une version IRL que les bénévoles espèrent organiser à la rentrée à Lille. “On est en train de travailler sur cette édition“, confirme Goundo. On ne peut pas encore dire où ou avec qui elle aura lieu, mais elle devrait se tenir dans les deux premières semaines d’octobre. Avec toujours le même but affiché : “Changer le regard sur la migration et les réfugiés.” C’est toujours plus simple d’ouvrir ses chakras quand on a l’estomac bien rempli.

Si l’asso vous botte, sachez qu’elle a un site internet et une page Facebook