Les lunettes de ZAC, le nouveau projet solidaire et pas cher qui prend forme au bout de votre nez 

Dans C'est green, Lille

Il est temps pour vous de fouiller dans la boîte que vous avez planquée au fond de votre placard, pour ressortir vos vieilles lunettes et leur donner une second vie.

Scroll par là

Parmi les dix projets de jeunes entrepreneur.ses retenu.es par la MEL, on vous a présenté celui de Claudie, qui récupère des vieux parapluies pour en faire des coupe-vents. Aujourd’hui, zoom sur Ophélie, nordiste de 20 ans, qui remet sur pied vos vieilles paires de binocles pour leur donner une second vie. 

En 2015, ATOL Les Opticiens a demandé à OpinionWay de lancer une étude pour savoir combien de vieilles paires de lunettes croupissaient au fin fond de nos tiroirs. Le résultat n’est pas joli-joli : au total, 100 millions de binocles prennent la poussière au lieu d’être réutilisées par quelqu’un d’autre.

Pour remédier à ça, Ophélie, nordiste de 20 ans a créé Les Lunettes de ZAC, jeune start-up qui collecte et reconditionne vos montures pour les remettre sur le marché. “Il y a une économie circulaire des vêtements, pourquoi pas des lunettes ?“, se demande l’ancienne Lilloise qui a donné le nom d’artiste de sa mère à sa marque, après son décès. Pendant plus de deux ans, son projet a mûri et remporte même le prix de l’Enactus Festival 2020 qui met en avant les solutions des jeunes pour répondre aux enjeux sociétaux. Aujourd’hui, il fait partie des dix projets retenus par la MEL pour leur donner un coup de pouce niveau visibilité et communication.

Des lunettes trois en un

La jeune entrepreneuse s’est associée à Antoine, un opticien de 24 ans, ainsi qu’à AlterEos, une entreprise adaptée de Tourcoing qui embauche des personnes fragilisées par un handicap. “Pour l’instant, quatre personnes ont été formées par Antoine pour reconditionner les lunettes. Ce n’est pas parce qu’on a un handicap, qu’on ne peut pas développer des compétences“, ajoute-t-elle.

Ophélie a 20 ans, et la voilà cheffe d’un projet écologique, solidaire qui fera économiser aux binoclards (comme nous), pas mal de thunes.

Niveau porte-monnaie, on part sur des montures qui sont entre 30% et 70% moins chers par rapport au prix d’origine des lunettes neuves. Autant dire que c’est beaucoup plus rentable. “Le prix varie selon l’état des lunettes : neuf, excellent, bon état, moyen“. Et la bonne nouvelle, c’est qu’elles peuvent être remboursées par votre mutuelle. On résume : des lunettes écolos, favorisant l’inclusion sociale et pas cher.

Où donner/trouver ses anciennes/nouvelles lunettes ?

Si vous voulez donc vous procurer une paire, direction leur site internet. “On est en train de démarcher les opticiens pour qu’elles soient aussi vendues en boutique et on espère ouvrir notre propre magasin à Lille d’ici janvier“, raconte Ophélie. En attendant, il est possible de lui envoyer un message pour convenir d’un rendez-vous si vous souhaitez les essayer avant. Pour les verres, il faudra vous rendre comme d’habitude chez l’opticien, car ils ne sont pas encore vendus avec les montures. “Ça fait partie de ce qu’on veut développer avec un verrier du coin“. Pour l’aider à développer son projet, embaucher plus de monde, obtenir un local, Ophélie a lancé un crowdfunding via lequel vous pouvez lui donner un coup de main jusqu’au 9 octobre.

Si vous pensez maintenant à vous débarrer de vos vieilles binocles, Les Lunettes de Zac mettent en avant leur point de collecte directement sur leur site internet. Vous pourrez par la même occasion checker leurs paires reconditionnées. Plus d’infos sur la page Facebook et Instagram.