À partir d’un verre à bière, Jan passe de troc en troc pour créer une réserve naturelle à côté de Lille

Dans C'est green, Ch'est bieau, Lille, WTF

© Mon verre pour une réserve naturelle

Scroll par là

Le troc, c’est cette bonne vieille méthode que Jan Vanhee compte utiliser afin d’obtenir un terrain, où il implantera un espace naturel préservé et une microferme en permaculture. Un projet complètement guedin, on vous l’accorde. Mais en quelques mois, il est passé d’un verre à bière Vedett à une voiture qui vaut 6 000 euros, ce qui force le respect.

La folle aventure de Jan a commencé lors du premier déconfinement. “Mon meilleur pote Aloïs a échangé mon verre contre une figurine Star Wars. Dix jours plus tard, Hackim m’a proposé de l’échanger contre un vélo“, raconte le Lillois de 28 ans. À partir de là, tout s’est goupillé très vite. En postant des annonces sur Leboncoin et Facebook, il est passé d’un vélo à un violoncelle, puis d’un violoncelle à des grandes enceintes. La veille du deuxième confinement, il les a switchées contre un sauna, normal. Mieux, il y a quelques jours, ce sauna a fini par être échangé contre une voiture. “On l’a fait estimer à 6 000 euros“, précise le porteur du projet. Pas à pas, il se rapproche de son but ultime, qui est de dégoter un terrain dans la région pour y installer une réserve naturelle. De préférence à côté de Lille, comme ça, les urbains en profiteront.

Faire disparaître la monnaie

Pour sa démarche, Jan s’est inspiré d’un Canadien, qui, en 2005, a su trouver une maison sans argent, à partir d’un simple trombone de bureau. Seuls 13 échanges – forcément, en passant par des trucs improbables – lui ont suffit. À l’heure où on écrit ces lignes, le Nordiste en est à six trocs et les propositions fusent de toutes parts pour échanger sa nouvelle Peugeot Partner : “Les gens m’écrivent sur les réseaux sociaux. Récemment une Belge m’a proposé une tiny house, mais pour la transporter depuis la Belgique, c’est trop compliqué. Ensuite on m’a proposé un quad sauf qu’il vaut moins que la voiture“. Jan se laisse encore jusqu’à juin prochain pour venir à bout de son projet, baptisé d’ailleurs “Mon verre pour une réserve naturelle”. Si le concept vous séduit, vous pouvez lui faire des propositions : des objets, une expérience, un séjour de vacances… “On peut tout troquer à part les animaux et les enfants“, sourit le troqueur.

Protéger un site naturel

Tout ça c’est bien beau, mais une fois le terrain en poche, il faudra bien aménager les lieux. Le jeune homme a pensé à tout et en a sous le coude. Il peut notamment compter sur Canopée Reforestation, une asso de reboisement, pour planter les arbres, et aussi sur tout un tas d’organisations ou de boites intéressées pour financer l’initiative.

Dans ses plans, le Lillois imagine une sorte de sanctuaire de nature sauvage. L’idée, c’est de remettre un écosystème sur pied en cinq ans : “Au fur et à mesure, on y interviendra de moins en moins, jusqu’à ne plus toucher à rien au bout de quelques années“. Un projet naturellement écolo, mais pas militant du tout : “Chacun vient avec ses propres motivations. Certains veulent défendre l’environnement, d’autres veulent juste bénéficier d’une réserve près de Lille“. Pour ce futur poumon vert, Jan voit grand et compte en faire un vrai lieu de vie. Un sentier pédagogique est dans les tuyaux, tout comme une microferme en permaculture pour veiller sur les lieux. Au fait, si vous participez à ce projet ecofriendly, vous aurez un accès gratos à vie à la microferme. Pour des week-ends ou des vacances à la campagne, ça se prend.

Si vous voulez suivre l’avancement des opérations, go sur le site de Mon verre pour une réserve naturelle. On pose aussi là le compte Insta et la page Facebook.