La jolie histoire citoyenne, collaborative et roubaisienne d’El Cagette

Dans C'est green, Ch'est bieau
Scroll par là

Prenez quelques habitant.e.s de l’Épeule, faites-les réfléchir ensemble pendant quelques temps sur leur alimentation, rajoutez-y quelques citoyen.ne.s au fur et mesure, saupoudrez de conviction et de bonne humeur et laissez mijoter longtemps en y revenant souvent. Voilà la recette d’El Cagette qui vient tout juste de déménager dans un ancien atelier d’artistes de la rue de la Providence à Roubaix.

Tout commence en 2016, quand quelques familles du quartier se lancent dans le défi de la ville sur l’alimentation positive. Pendant un an, elles ont essayé de manger plus local, plus bio, plus de saison, plus en circuit court… sans que ça ne leur coûte plus cher au final. “On s’est vite rendu compte qu’en changeant une ou deux choses, en collaborant et en prenant du temps, c’était possible.

Le petit groupe continue alors son défi par conviction. Et grâce à l’Université Populaire de Roubaix, leur asso El’ Cagette va naître en 2017. Pour Anne, la responsable de l’asso, il y a trois freins pour les Roubaisien.ne.s à ne pas consommer local, en circuit court ou bio :

  • un problème géographique : l’offre de produits en la matière n’était guère présente en ville
  • une question culturelle : l’idée que le bio, bah ce n’est pas pour nous, plutôt pour ceux qui ont plus de moyens ou qui sont déjà bien sensibilisés
  • un souci économique, bien entendu : tout ça, ça coûte plus cher.

En créant son épicerie collaborative, El’Cagette vient faire oublier tout ces freins. En achetant en gros à des producteurs du coin mais aussi à des coopératives familiales et régionales extérieures (jusqu’en Italie pour les agrumes et les pâtes), elle arrive à proposer des produits de qualité et abordables.

Ce qui donne un groupe d’adhérent.e.s et bénévoles, en majorité de Roubaix, d’âges, de milieu social et de cultures différents. Loin d’être un repère de bobos, c’est juste un lieu où les gens aiment se retrouver et papoter en faisant leurs courses. Et ils ne font pas que ça : il y a aussi un repair café, un atelier de couture ou encore des cours de cuisine. “Chacun.e propose ce qu’il veut faire pour aider la communauté“, résume Anne.

Car si le prix d’adhésion est à prix libre (avec un minimum de 10€ par an et par foyer), le but est aussi de venir donner de son temps. Même si ce n’est pas obligatoire. “Il n’y a jamais de forcing, explique Heline, une jeune adhérente depuis les débuts. Tout est dans la discussion et chacun fait selon ses compétences et ses envies.

Dans la pratique, avec le Covid, il faut désormais commander en amont et réserver un créneau lors des deux jours d’ouverture (le troisième arrive bientôt) qui sont le mercredi (14 heures – 19 h 30) et le jeudi (15 heures -18 heures). Si vous aussi vous voulez adhérez, c’est finalement ultra simple, il suffit de prendre contact avec El’ Cagette :

On vous quitte avec sa nouvelle adresse depuis un mois : 15 rue de la providence à Roubaix, et son site Internet.