Dans le flou, les salles de concert de la métropole déroulent leur prog’ pour les mois à venir

Dans Lille, Music in my ears

Photo ©Aéronef

Scroll par là

Si l’épidémie avait assez reculé, les établissements recevant du public (ERP pour les amis) auraient pu rouvrir ce jeudi 7 janvier. Même s’il n’est plus vraiment question d’espérer un maintien de cette date, vu comment les chiffres du Covid remontent en flèche, les salles de pestacle n’ont pas d’autre choix que programmer… quitte à reprogrammer, encore et encore.

On est habitués à tricoter, détricoter pour retricoter…” résume Alexandre Humbert, de l’Aéronef. Depuis des mois, les salles de concert, comme tous les lieux de culture, vivent au rythme des annonces gouvernementales. “Au bout de huit mois, on commence à avoir l’habitude“, commente Juliette Jurga, de la Cave aux Poètes, à Roubaix. Mais 2021 étant une nouvelle année, tout le monde se permet d’espérer que la situation, petit à petit, se décoince.

Concerts assis

En attendant d’en savoir plus (quand ? On aimerait bien vous le dire), les programmateur.trice.s n’ont pas d’autre choix que de programmer, quitte à le faire dans le vent. “Si on ne s’organise pas un peu à l’avance, on est pris de court“, confirme Alexandre. Le prochain concert de l’Aéro est, en théorie, programmé pour le 22 janvier (Yannic Seddiki, si ça vous branche).Ce sera un concert assis“, avec la scène au centre de la fosse, des gradins tout autour. Tant que le gouvernement ne donne pas d’indication sur les jauges acceptables pendant un concert, les concerts à l’Aéro se feront dans cette configuration. Tout comme à la Cave aux Poètes, qui a carrément décidé de descendre sa jauge à 20 personnes par date.

On a six dates de prévues d’ici mars, confirme Juliette Jurga. La première, J.E. Sunde, aura lieu le 30 janvier. Il était programmé dans le festival We Loft Music qu’on a annulé. Il a quand même voulu venir.” Vingt privilégiés pour un concert dans les conditions les plus covid-safe possible : c’est le casse-tête des salles ce concert aujourd’hui. On sent la lassitude de reporter des concerts, la fatigue face à l’incertitude des semaines à venir, la résignation face à un premier trimestre déjà compromis.

Mais voilà, il faut bien avancer. L’Opéra a prévu plusieurs dates en février (dont Bastien et Bastienne, de Mozart, mi-janvier). La billetterie de l’Orchestre national de Lille est ouverte pour des concerts au même moment. “Si on ne programmait plus rien, ce serait très mauvais signe“, indique-t-on du côté du Grand Mix. Les concerts, dans le meilleur des mondes, redémarreront le 23 janvier dans la salle tourquennoise.On se tient prêts. Et si par miracle, on a le droit d’ouvrir, on ouvrira.

Et un jour, on prendra ses places sans se soucier de savoir si le concert aura bien lieu, et on ira, le cœur léger, dans une salle bondée se frotter à des inconnu.e.s au rythme de musique de qualité. “Vivement qu’on puisse reparler de musique“, a-t-on entendu du côté du Grand Mix. Et qu’on puisse l’entendre, surtout.