IvyNest, la nouvelle start-up qui multiplie les spots de coliving dans la métropole lilloise

Dans Lille, Un toit sur la tête

@IvyNest

Scroll par là

Le coliving, c’est comme la coloc’ traditionnelle avec tout un tas de services en plus (dont le ménage des communs, c’est important). C’est sur ce concept que deux jeunes potes lillois ont lancé IvyNest cet été, et ils comptent déjà une trentaine de colocs’ sur cinq maisons.

Quand on a connu la coloc’ en étant étudiant.e, on a rarement envie de se retrouver tout.e seul.e dans un petit appart’ après. En revanche, les prises de tête pour savoir qui récure les chiottes cette semaine ou qui devait s’occuper de passer le balai, ça on s’en passerait bien. Et bien le coliving repose en gros sur ce principe : une coloc’, mais sans les trucs relous du quotidien quand on vit à six adultes dans une baraque.

La cible, c’est clairement les jeunes actif.ve.s“, explique Alexis, 26 ans. Avec son pote de collège Luke, lui aussi diplômé en école de commerce, ils ont lancé il y a quelques mois leur entreprise IvyNest, spécialisée dans le coliving. “On a tous les deux vécu dans des colocs pendant nos études et on voulait entreprendre. Quand on s’est revus à la fin de nos études et qu’on s’est pitché le truc l’année dernière, on s’est dit que c’était le bon moment.

Les deux potes créateurs de IvyNest, Luke et Alexis.

Car le coliving a clairement le vent en poupe. Surtout chez les jeunes qui démarrent leur vie pro et qui doivent débarquer dans une nouvelle ville sans connaître personne. “Au lieu de galérer à trouver un T2 à Lille, ils peuvent avoir une maison cool, bien décorée et bien située avec d’autres jeunes dans le même mood qu’eux“, détaille Luke. “On a même une maison où il y a des étudiants en fin d’études“, ajoute Alexis.

Rendre le logement plus accessible

Pour 600€ par exemple, vous pouvez avoir une chambre dans leur maison de Vauban avec jardin, trois autres colocs et tous les services inclus : les charges, l’abonnement internet, le ménage des communs… “On fait aussi la part belle à la déco en donnant une touche particulière à chaque maison. Et on organise aussi des events entre les différents spots et on espère aussi mettre en place des ateliers et des cours quand ce sera plus simple avec la situation sanitaire“, listent les deux potes.

Le salon de la maison de Vauban.

Comme eux aussi sont encore jeunes, ils ont bien conscience que se loger à Lille, c’est parfois pire que l’épreuve du parcours du combattant sur Koh Lanta. Leur but est donc aussi de rendre le logement plus accessible dans une ville bien tendue niveau logement. “On est forcément plus humains et on ne va pas demander les trucs hyper stricts des agences, avance Alexis. Bien-sûr on va demander des papiers et des garanties, mais si votre garant, c’est votre petite sœur ou si vous ne gagnez pas trois fois le loyer de la chambre, c’est tout sauf rédhibitoire.

Ils ont aussi digitalisé au max les démarches pour rendre les choses plus simples et surtout plus rapides. “On rappelle dans les 24 heures quand quelqu’un postule, même s’il y a une liste d’attente : une chambre peut se libérer vite chez nous et on peut faire une visite en visio et envoyer les contrats par mail si besoin.” Ils font aussi en sorte de “sélectionner” des locataires qui matcheront bien avec les gens déjà présents dans leurs différentes maisons. Histoire que la bonne ambiance règne au max.

Une chambre de leur maison du Vieux-Lille. @IvyNest

Objectif : 20 maisons en 2021

Alors, quand on dit “leurs maisons“, attention : Alexis et Luke n’ont pas acheté plusieurs baraques en l’espace de quelques mois. “On est juste les gérants (et les décorateurs) pour des proprios : on leur garantit un loyer tous les mois, et on se charge du reste.” Voilà comment ils en arrivent à gérer cinq maisons depuis cet été (Vauban, Saint-Maurice, Vieux-Lille, Lomme et Gambetta) avec trois nouvelles qui vont ouvrir ces prochains mois (une autre à Vauban, dans le Vieux-Lille et à Marcq). “Notre objectif, c’est d’en ouvrir une vingtaine à la fin de l’année dans la métropole lilloise, annonce Luke.

Ils ont aussi envie de se lancer à Paris ou à Bordeaux et dans d’autres villes où c’est clairement tendu de se loger quand on débarque seul avec son premier job sous le bras.

Du coup, si vous avez un pote qui débarque à Lille ou que vous-mêmes vous avez des envies de vivre en communauté dans une baraque avec d’autres Lillois.es, c’est par . IvyNest a aussi un compte Insta et une page Facebook.