Roubaix a déposé sa candidature pour être capitale française de la culture en 2022

Dans Culturons-nous
Scroll par là

On dit souvent qu’il y a deux Roubaix. Le Roubaix-ville-la-plus-pauvre-de-France, avec le quartier de l’Alma invariablement cité en exemple pour illustrer tous les problèmes de la ville. Et il y a le Roubaix fou de culture, sous toutes ses formes, qui attire les foules régulièrement. Sans occulter le premier, c’est celui-là que la mairie compte mettre en avant.

Voilà une idée qu’elle est bonne : histoire de faire de 2022 un genre de renaissance des arts en France, le ministère de la Culture a décidé de lancer le label Capitale française de la Culture, réservé aux villes entre 20 000 et 200 000 habitants. Et figurez-vous que ça tombe bien : Roubaix est pile poil dans cette fourchette.

La mairie a donc déposé son dossier de candidature le 28 décembre. “Pour nous, c’est une initiative très forte qui arrive dans une période vraiment difficile pour la culture, commente Frédéric Lefebvre, adjoint à la culture à Roubaix. On y a réfléchi et rapidement, on a pris contact avec les acteurs culturels de la ville.

Entre octobre et décembre, toutes les structures de la ville ont été mises à contribution pour mettre sur pied une programmation culturelle riche en 2022. “On est une ville, culturellement, à rayonnement national et international, soutient Frédéric Lefebvre. Avec la Piscine, le Colisée, le Ballet du Nord, le Centre de développement chorégraphique, la Cave aux Poètes, la Manufacture, les compagnies conventionnées… On a énormément d’atouts.” Et on ne vous parle même pas de la part que la ville a laissée au street-art.On a soixante fresques dans tout Roubaix.

Ville résiliante

Roubaix est une “ville résiliante“, affirme-t-il. “La culture a toujours été au cœur de la reconversion industrielle de la ville. On a transformé beaucoup d’anciens lieux industriels en lieux de culture.” Pensez Archives du monde du travail, Condition Publique, ateliers Jouret ou ateliers RémyCo. “Cette candidature était une forme d’évidence.

Fin février-début mars, on saura si Roubaix fait partie de la short list de dix villes sélectionnées par le ministère de la culture. La grande gagnante sera connue à la fin du mois de mars. Et aura donc à peine neuf mois pour construire sa programmation 2022. Le ministère dotera la ville d’un fonds d’un million d’euros, et il n’est pas exclu, si Roubaix gagne, que la région, le département ou la MEL mettent la main au portefeuille.

Pendant un an, les projecteurs seront braqués sur Roubaix, assure Frédéric Lefebvre. C’est l’opportunité de valoriser l’offre culturelle, de nous faire connaître.” Mais le label rayonnera bien au delà de Roubaix et pourrait bien profiter à toute la métropole lilloise.

On vous dit quoi quand la short list sera dévoilée. Au total, 29 villes ont candidaté.