A Lille, Bassecour propose depuis mercredi son fried chicken à la française

Dans Food Porn, Lille
Scroll par là

Quand on vous parle de poulet frit, vous avez certainement en tête des nuggets ou des ailes de poulet graisseux et pas hyper appétissants des fast-foods dont on taira le nom (pas de gros mots sur Vozer). Mais du poulet de qualité, bien frit, et bien accompagné, c’est un régal. C’est le pari de Bassecour, une cuisine qui vient de s’installer sur Lille.

Attention, sujet à tiroirs. Depuis ce mercredi, de la cuisine des Petits Poissons, le long du parc Lebas, sortent des ailes de poulet et des pilons de poulet frits. Vendus sous l’étiquette Bassecour, ils sont disponibles à la livraison ou en retrait. “Les plateformes de livraison proposent beaucoup des choses qui se ressemblent, démarre Sébastien Descamps, co-fondateur de Bassecour et de Kitchen Stud.io (on vous en parle juste après). Des burgers, des sushis et des pizzas, souvent de faible qualité. On voulait proposer quelque chose de différent.” Benjamin, l’associé de Sébastien, a la brillante idée d’ajouter un certain standing à un grand classique de la street-food, le poulet frit.

Poivre flambé au whisky

C’est du poulet de Licques, qui est bien traité. Tout est fait maison, on ne sert aucun truc tout fait.” Voyez plutôt : vous aurez le choix entre des filets entiers coupés en trois morceaux appelés des tenders et des cuisses. “On les fait mariner dans le buttermilk pour qu’ils soient plus tendres, on les cuit sous vide, et ils sont frits minute.” D’ailleurs, vous pourrez choisir entre trois panures maison : “Il y a la “I’m frit”, très croustillante, la “Do wasabi my lover”, finement relevée et la “Spicy content”, très épicée, avec du piment de Cayenne, du piment d’Espelette et du paprika de Hongrie.

Pour accompagner ça, vous pourrez choisir entre quatre sauces maison (mayo à la moutarde ancienne, barbecue, poivre du Sichuan flambé au whisky, ou aigre douce) et des accompagnements appétissants : frites, potatoes ou salade cesar végé. “On a aussi voulu faire nos Américains : on propose des buckets avec dix pièces.” Niveau dessert, c’est pas mal non plus : banoffee, mousse au chocolat et aux noisettes torréfiées, ou panacotta coco-mangue. Un menu qui fait monter un peu de bave à la commissure des lèvres, hein ?

Dark kitchen

En attendant des jours meilleurs, Bassecour squatte la cuisine des Petits Poissons du côté de Lebas, et a même emprunté ses cuistots. Mais bientôt, le resto aura sa propre cuisine, sans jamais avoir de salle. “L’idée n’est pas du tout d’ouvrir un restaurant, mais bien de faire de la cuisine à emporter.” Sébastien et Benjamin ont trouvé un local rue d’Amiens qui accueillera une grande cuisine de 80m² d’ici trois mois. Là, ils comptent y développer plusieurs concepts.

Trois sont déjà en cours d’élaboration. On peut vous teaser un concept de plat du jour frais, varié et healthy, un genre de caviste 2.0 et un concept qui remet au goût du jour les bons petits plats en sauce d’antan. Cette “dark kitchen” emploiera des cuistots qui réaliseront des recettes imaginées par le chef des Petits Poissons et de la Consigne. “On pourra aussi solliciter d’autres chef.fe.s“, ajoute Sébastien. Des concepts food qui verront le jour dans les prochaines semaines ou prochains mois.

En attendant, vous pouvez commander votre poulet frit de Licques sur Deliveroo. Uber Eat, Just Eat, Stuart et Dood ne vont pas tarder à référencer Bassecour, qui est aussi sur Instagram.