Dans le Vieux-Lille, Tralalaclub combine fringues vintages et sapes engagées

Dans C'est green, Lille
Scroll par là

Si vous passez rue Léonard-Danel, vous tomberez peut-être nez à nez avec Tralalaclub, une nouvelle boutique de vêtements féminins qui vient d’ouvrir ce vendredi. Mais ce n’est pas un magasin comme les autres. A l’intérieur, tous les vêtements ont leur originalité, qu’ils soient vintages ou engagés.

Originaire de Lille, Marine Degruson a toujours été une grande passionnée de mode. Elle commence ses études avec une école de commerce à Roubaix, et les termine avec un master de mode à Paris. Mais derrière cette passion, se cache aussi une personne très engagée. Alors quand on pousse les portes de la boutique, place aux fringues locales, vintages ou même véganes.

Mes ami.e.s me disaient : la mode écoresponsable c’est bien, mais on s’ennuie un peu“, explique Marine. La jeune entrepreneuse passe beaucoup trop de temps dans des vide-greniers ou des brocantes, où elle trouve des fringues super cool et engagées, pour y croire. Alors avec Tralalaclub, elle allie mode responsable et style.

Pour le vintage, il y a vraiment de tout. Un petit coup d’œil sur les portiques, et on peut en sortir un vêtement tout droit venu des années 60, puis si vous changez d’avis, repartir avec un modèle des années 90. Et c’est bien le principe : toutes les fringues sont issues de la récupération, comme ça on ne jette pas.

Ensuite, il y a plein de pièces de créateurs, comme House of Sunny, qui fabriquent des vêtements engagés. Et quand on parle d’engagement, on ne mâche pas les mots. Il y a des pièces véganes, qui n’utilisent aucune matière animale, des marques produites localement, une forte transparence lors de la production…On veut vraiment s’ancrer dans une démarche éthique, c’est à dire consommer moins mais mieux“.

On trouve aussi des bijoux, et ils sont upcyclés

Un e-shop et des rendez-vous

De base, l’objectif de Marine c’était d’ouvrir une boutique uniquement sur rendez-vous. Après les foules parfois pesantes lors des séances shopping, et des files d’attente interminables, ça devait être le petit moment chill de la journée. “Il y a un accueil bien plus personnel, on suscite un moment de plaisir sans de pression à l’achat“.

Si cette idée n’est finalement pas réalisable toute la semaine, le concept est loin d’être abandonné. Le lundi, mardi et jeudi, Tralalaclub n’est accessible que sur rendez-vous. Et pour réserver son créneau, il suffit de se rendre sur le site internet. Seul.e ou avec des ami.e.s, c’est l’occasion de partager un moment convivial accompagné d’un thé.

Le reste de la semaine, la boutique accueille des client.e.s normalement. Mais Covid un jour, Covid toujours, si Tralalaclub doit fermer ses portes, ou que vous n’avez pas le temps de vous déplacer, un e-shop est déjà lancé depuis le mois d’octobre.

Niveau tarif, l’originalité a tout de même un prix. Les vêtements varient de 30 à 350 euros, mais les prix moyens tournent aux alentours des 170 euros.

Le mercredi, vendredi et samedi, la boutique est ouverte de 10 h 30 à 18 heures, et de 11 heures à 17 heures le dimanche. Vous pouvez vous y rendre au 16 bis rue Léonard Daniel, prendre rendez-vous en ligne, ou faire du e-shopping ici.