Dans le centre de Lille, on pourra bientôt aller se régaler ou prendre un thé Chez Marinette

Dans Chill, Food Porn, Lille
Scroll par là

Qu’on se le dise : à la fin de toute cette période de brin compliquée, il y aura encore et toujours des spots où aller manger et boire à Lille. Déjà parce qu’on compte bien retourner dans nos endroits favoris quand ils auront rouvert. Et en plus parce que d’autres vont ouvrir en 2021, comme le resto-salon de thé éco-responsable de Charlotte, qui va s’installer dans le centre ville, idéalement pour le printemps.

Si vous êtes d’une famille du Nord, il y a des chances que vous ayez masse de cousins et de cousines, mais, surtout, que vous ayez passé beaucoup, beaucoup (beaucoup) de dimanches à table avec votre mamie qui sert un festin jusqu’à 17 heures.

Charlotte a eu cette enfance. Cette Lilloise est née il y a 31 ans à Croix et a passé de longues heures à regarder Marie-Antoinette, A.K.A. Marinette, sa grand-mère paternelle, cuisiner pendant des heures de bons petits plats dans ses grosses marmites en fonte.

Ma passion me vient d’elle mais elle me l’a transmis involontairement et inconsciemment, sourit Charlotte. En soi, elle ne m’a jamais rien partagé mais depuis une vingtaine d’années, j’ai en tête que si j’ouvrais un quelque chose un jour, ça s’appellerait Chez Marinette.” Sauf qu’à l’époque, c’est un doux rêve que la jeune Charlotte se sent loin de pouvoir concrétiser. “Je manquais de formation, de confiance en moi et surtout, je n’avais de modèle d’entrepreneur.e dans ma famille.”

“Fonce !”

Du coup, Charlotte se lance dans des études de droit pour s’assurer un job stable et bien rémunéré. Elle devient responsable juridique en immobilier commercial, trouve un job dans le coin et reste loyalement des années dans la même boîte. Une “non prise de risque“, comme elle dit, qui la sécurise et lui va plutôt bien. Du moins jusqu’à son burn out l’année dernière…

Déjà le projet d’entreprendre devenait de plus en plus lancinant, se rappelle-t-elle. Mais là, avec le burn out en plein premier confinement, c’est juste devenu impossible de ne plus me lancer.” Une fois revenue au bureau, elle va négocier une rupture conventionnelle. Elle va réussir à l’obtenir, non sans mal, mais avec le bel appui de son patron, son premier fan, puisque c’est lui qui se régalait des gâteaux que Charlotte ramenait souvent au bureau. “Il m’a dit : fonce !

Cooking every day

En août 2020, la trentenaire est officiellement au chômage et commence sa nouvelle carrière dans l’entreprenariat. Côté expérience, elle ne part pas de zéro puisqu’elle a passé ses étés à faire des jobs dans la restauration. “Et puis là, j’ai suivi des formations à la CCI mais aussi des master class et des cours de cuisine. Je cuisine aussi tous les jours, ça compte !

Dans son futur spot qui sera dans le centre de Lille (elle est sur un local en ce moment mais on veut pas lui porter la guigne avant qu’elle ait signé #fingercrossed), ce sera restauration le midi et salon de thé l’après-midi. Attention, ne débarquez pas là-bas si vous avez une envie de sandwich : Charlotte cuisine comme Marinette, de bons petits plats frais et faits-maison. Elle fera aussi des pâtisseries pour le dessert et pour accompagner votre thé ou le café pendant l’aprem. Mais aussi de bonnes tartes aux fruits sur une pâte briochée faite à la main.

L’autre gros point auquel tient Charlotte, c’est le sourcing local de ses produits (elle est chauvine, on ne va pas lui jeter la pierre), la saisonnalité et être le plus écoresponsable possible. “Du coup, pas de tomates en hiver, une carte courte qui changera toutes les semaines selon mes envies et un côté très végétal même s’il y aura quand même de la viande et du poisson dans quelques plats“, liste la restauratrice. Elle fera aussi gaffe à toujours avoir un plat et une pâtisserie pour ceux et celles intolérant.e.s au gluten et/ou lactose.

Vous pourrez manger sur place bien entendu mais aussi prendre à emporter grâce à un système de bocaux consignés et/ou d’emballages en fibres de sucre de canne (recyclables du coup). Il y aura aussi un petit coin épicerie pour les plus gourmand.e.s qui voudront ramener encore des choses à la maison.

Comme on vous le disait plus haut, Charlotte est sur un local et espère quoi qu’il arrive ouvrir à la belle saison. Elle a déjà les banques qui la suivent mais elle a aussi lancé une campagne Ulule avec de chouettes contreparties pour fignoler son projet gourmand.

On vous laisse son compte Insta qui donne faim en attendant et on revient avec l’adresse et la date d’ouverture dès qu’elle est tombée.