Abracadabra, la start-up lilloise qui veut donner une seconde vie à vos vieux soutifs

Dans C'est green, Lille
Scroll par là

Deux copines lilloises de 26 ans viennent de lancer leur propre boite d’upcycling de soutiens-gorge. Une idée pas bête quand on sait la galère que c’est à recycler. Elles sont en pleine phase de collecte, alors à vos vieux soutifs !

Vous avez forcément des soutiens-gorge (non, il n’y a pas de -s au pluriel selon le Larousse) qui trainent au fond d’un tiroir. Trop détendus, plus à la mode, trop petits, trop grands… Peu importe la raison pour laquelle ils squattent plus votre armoire que votre poitrine, on a bizarrement du mal à s’en séparer parfois.

C’est pareil pour Marie et Margaux, deux amies lilloises de 26 ans. Un soir, en décembre dernier, elles en viennent à ce sujet au fil de leur discussion. “On se demandait quoi en faire, tout simplement, raconte Marie, ex-étudiante de l’EDHEC. Ce n’est pas comme les autres fringues qu’on peut revendre ou les facilement : on s’est donc dit qu’il devait exister un moyen de les recycler.

Marie et Margaux.

Comme Margaux est une ingénieure qui vient de HEI Lille, elle va demander conseil à un prof de son ancienne école, spécialisé dans le textile. “Entre les armatures, la dentelle, le coton, les attaches, c’est en réalité très compliqué de recycler un soutien-gorge. La meilleure solution, c’était donc, non pas de les recycler, mais de les reconditionner“, résume Margaux.

Voilà comment est née leur start-up Abracadabra, il y a tout juste deux semaines. Leur objectif, c’est de récolter un max de vieux soutifs pour les remettre en état avant de les revendre sur leur futur eshop. “Pour l’instant, on est avec nos machines à coudre et nos grands-mères en renfort, confie Marie. Ensuite, idéalement, on espère faire bosser des couturières pro dans un atelier-showroom qu’on aura monté.

Mais ça, c’est pour plus tard. Comme on vous le disait, pour l’instant, les filles en sont surtout à l’étape de la collecte. Elles sont en train de contacter des commerçant.e.s pour installer leur bacs dans la métropole lilloise. “On se déplace chez les gens en attendant : ils nous envoient un message via Insta et on s’organise pour venir.”

Elles commencent déjà à trier le stock qu’elle ont selon la qualité de la matière et l’état. “Si on a des soutiens-gorge déjà en bon état, on ne les revendra pas, on préfère les donner directement à des assos“, note Marie. Elle ne revendront au final que ceux qu’elles auront du rafistoler par elles-mêmes. Les deux amies espèrent aussi lancer de vraies collections de soutiens-gorge upcylés à l’avenir.

Si vous êtes un commerce qui veut bien avoir un bac à collecte ou si vous êtes juste une personne qui a des soutifs qui trainent à donner, il suffit de les contacter directement par message via leur compte Insta.