A Charleroi, un parc Legoland est à l’étude et pourrait ouvrir en 2026

Dans Chill, Voyage Voyage

@Karen Roe // Flickr

Scroll par là

En Belgique, les élus planchent depuis 2016 sur la reconversion d’un ancien site industriel près de Charleroi. Et il se pourrait bien que la balance penche pour un parc d’attraction Lego. Ce serait le quatrième en Europe.

Imaginez un peu : d’ici cinq ans, on pourrait embarquer dans Titine avec les potes pour un trajet d’environ 1h20, direction Legoland. Oui ça fait un peu rêver dit comme ça et ça pourrait bien se concrétiser. C’est le site de l’ancienne usine Caterpillar fermée depuis 2016 qui est dans le viseur du groupe Merlin Entertainments, candidat à la relance de ce site situé à Gosselies, au nord de Charleroi, pas très loin de l’aéroport.

Merlin Entertainments, c’est quand même le deuxième groupe de loisirs au monde derrière Walt Disney. Les Sea Life centers, c’est lui. Les musées de cire Madame Tussauds, lui aussi. Et bien sûr, il gère aussi les parcs Legoland à travers le monde.

Implanter un parc Legoland à la place de l’ancien site industriel belge n’apparaissait pas comme le premier choix des élus wallons. Il y avait par exemple l’option de l’implantation d’une usine de voitures électriques japonaises, mais ça vient de tomber à l’eau. Alors que l’étude de faisabilité pour le parc Legoland a, elle, été concluante selon le vice-président du gouvernement wallon, Willy Borsus, qui en a profité pour glisser que si le projet se faisait, il pourrait ouvrir en 2026.

Selon l’Echo, le groupe Merlin cherche un nouveau spot pour son quatrième parc Legoland en Europe (il y en a déjà un en Allemagne, au Royaume-Uni et au Danemark) avec des attractions, bien évidemment, mais aussi des hôtels et des restaurants. Pour ça, il lui faut une surface de 100 hectares. Et ça tombe bien, c’est justement la superficie de l’ancienne usine. Le lieu est aussi ultra intéressant géographiquement parlant puisqu’il y a l’aéroport de Charleroi juste à côté et un bon réseau ferroviaire et routier à proximité.

Vous avez remarqué qu’on met pas mal de conditionnel et c’est normal : rien n’est encore signé. Mais pour l’instant, c’est quand même en (très) bonne voie.