Garde ton corps, l’appli’ pour rendre la rue plus safe, est arrivée à Lille

Dans Dans la rue, Geek, Lille
Scroll par là

Notre vie sociale a beau être au ralenti, le harcèlement de rue ne s’est pas confiné pour autant. Rentrer seul·e du taf ou de chez un·e pote, de nuit comme de jour, peut devenir source de stress et de danger. L’appli Garde ton corps permet de recenser les spots safe de Lille où se réfugier et permet aussi d’appeler direct ses proches en cas de mauvaises rencontres.

Bye ! T’envoies un message quand t’es rentré·e hein ?” Cette phrase, on l’a déjà tou·te·s dite au moins une fois. On nous l’a sûrement déjà dite aussi. Il est un peu tard, on a un peu de route à faire pour rentrer chez soi et pas le budget pour rentrer en Uber. Et puis on croise une autre personne, on stresse, on se sent suivi·e. C’est peut-être notre imagination. Ou pas.

Cette situation, Pauline Vanderquand la connaît, malheureusement. L’idée de créer son appli contre le harcèlement de rue lui est venue après une énième mauvaise rencontre à Aix-en-Provence. “C’était fin 2018. Ce n’était pas la première fois que j’étais confrontée au harcèlement de rue, mais là, j’ai eu vraiment peur, raconte-t-elle. Au point où j’ai demandé de l’aide à un videur pour rentrer dans un établissement et me mettre à l’abri : il a refusé.

Un endroit safe

48 heures après, Pauline avait le concept de son appli en tête pour que ça ne se reproduise plus jamais, pour personne. Avec l’aide de François Morival, elle parvient à la lancer dès mars 2019, d’abord à Aix puis à Marseille, Paris, Toulouse, Bordeaux, Rennes, Montpellier et, depuis quelques jours, à Lille.

L’appli’ a plusieurs fonctions dont celle de référencer tous les endroits safe autour de soi qui pourront nous accueillir en cas de besoin. Grâce à un partenariat avec la Française des Jeux, pas mal d’établissements du réseau ont rejoint cette liste dans les villes où l’appli se développe. “La FDJ présélectionne ceux qu’elle sait déjà bien placés et engagés. Mais on vient nous-mêmes rencontrer chaque gérant·e sur place avant de l’ajouter, détaille Pauline qui a donc passé la semaine dernière à Lille. “Ça se passe ultra bien ici : on a déjà une cinquantaine de spots dans la métropole et on a des restos et des assos qui nous ont contactés dans la foulée.

Le duo est aussi en contact avec l’ordre des pharmaciens “et le but ultime, ce serait de travailler avec la ville“, confie Pauline.

Comment ça marche ?

Quand vous quittez un bar, une boîte, un resto ou encore une grosse soirée chez un·e pote (OK, on arrête de se faire du mal mais ça reviendra un jour), vous dégainez votre smartphone et ouvrez l’appli (qui est gratuite by the way). Là, comme un GPS, vous entrez votre adresse de destination et vous choisissez vos contacts d’urgence depuis votre répertoire (votre mère, votre coloc ou autre).

Hop, l’appli prépare un message à envoyer à ces contacts pour signaler que vous êtes sur la route du retour et qu’il faut qu’ils gardent leur tél’ à portée de main. “Ce n’est pas un message anxiogène, juste un texte qui dit : ‘Coucou je suis ici et je vais là, garde ton tél pas loin’“, précise Pauline. Si vous faites une mauvaise rencontre, le bouton “Lâche-moi” est là pour trouver les fameux spots sûrs autour de vous et un autre pour envoyer un message d’urgence à vos contacts de confiance. Et quoi qu’il arrive, l’appli est réglée pour leur envoyer automatiquement une notif’ si vous restez plus de 1’30” à un endroit.

Ah et vous savez, votre pote qui oublie toujours d’envoyer le fameux message qui dit qu’iel est bien rentré·e ? “Une fois arrivé·e, l’appli prépare un message à envoyer. On ne le rend pas automatique au cas où la personne se ferait suivre jusqu’à chez elle.

Maillage safe

Le but de Pauline et François avec Garde ton corps, c’est de lutter contre le harcèlement de rue et les agressions mais aussi d’enlever cette charge mentale qu’on se tape dès qu’on doit rentrer seul·e. C’est aussi pour ça qu’ils ont développé la fonction “Je voyage” : pour justement permettre de voyager aussi dans d’autres villes en solo sans avoir la peur au ventre. “Dans les villes où on est implantés, on peut trouver des contacts de confiance sur place comme des réceptions d’hôtel, explique la co-créatrice. On voudrait vraiment se déployer partout pour former un vrai maillage.

Si l’appli est gratos pour les utilisateur·trice·s, c’est parce que le business model repose sur l’abonnement d’établissements qui souhaiteraient se faire référencer dans la catégorie “Je sors”. “Quand la vie était normale et qu’elle le redeviendra, on a pas mal de lieux qui payent pour être sur l’appli. Ça sert les gens qui peuvent débarquer direct dans des endroits surs dans des villes qu’ils ne connaissent pas.

Outre le fait de rajouter toujours plus de spots à chaque ville, et de continuer de s’implanter dans le reste de la France (et plus si affinités), Garde ton corps aimerait aussi ouvrir une nouvelle fonctionnalité : “J’agis”. Elle permettrait aux ultilisateur·trice·s de pointer les endroits dans la ville où iels ne se sont pas senti·e·s en sécurité. “Nous, on collecterait ces données, qu’on ne diffusera pas mais avec lesquelles on aimerait monter des programmes avec les municipalités“, explique Pauline.

Pour télécharger l’appli, c’est par ici pour IOS et là pour Android.