A Roubaix, quatre séances de ciné sur écran géant arrivent dans les quartiers

Dans Chill, Culturons-nous

Photo d'illustration @Département des Yvelines // Flickr

Scroll par là

Les cinés ont rouvert et c’est génial. Mais quand les beaux jours reviennent, se faire une toile sous un ciel étoilé ou dans un lieu inédit, ça a quelque chose de spécial. La mairie de Roubaix a donc décidé de programmer quatre séances, dont deux en plein air, aux quatre coins de la ville entre le 4 juin et le 9 juillet. Et elles sont toutes gratuites.

Est, Ouest, Nord et Sud : chaque séance de ciné prévue par la mairie roubaisienne est gratuite et aura son quartier. Chacune aura aussi son propre film et ses animations (on vous en parle juste après). Comme les deux premières se feront encore sous couvre feu et que le soleil estival joue les prolongations en juin, celles-ci se tiendront en semi-extérieur (dans la cour de la Condition Publique et au couvent des Clarisses) tandis que les autres, prévues en juillet, pourront se faire en pleine verdure, après 22 heures.

Sans plus attendre, mesdames, messieurs, la programmation :

  • Est : Les Invisibles, le 4 juin à la Condition Publique

Dès 16 heures, la Condition Publique et le centre social du Pile animeront des ateliers (pour petits et grands). Il y aura aussi une buvette et de la petite restauration en attendant la projection sur grand écran du film : Les Invisibles, de Louis Julien Petit avec entre autres Corinne Masiero et Audrey Lamy au casting. Un film drôle et ultra touchant sur un centre d’accueil pour femmes SDF contraint de fermer.

La séance débutera à 17 heures et à la fin du film, vers 19 heures, des épisodes de la série tournée à Roubaix “Des Racines et des Rêves” seront projetés.

  • Ouest : Le Grand Bain, le 11 juin au couvent des Clarisses

Après le Pile, place à l’Epeule. Dès 18h30, le couvent des Clarisses ouvrira la grille qui donne sur Saisons Zéro pour que vous puissiez contempler le talent de danseurs hip-hop et des acrobates de l’asso Bravo. Il y aura aussi un concert de musiques de films et une expo de l’Espace Croisé, implanté sur place.

Une buvette sera installée et de la petite restauration sera dispo avant de se jeter pendant deux heures dans Le Grand Bain de Gilles Lellouche. Là aussi un film qui mêle tendresse et humour mais cette fois-ci autour d’hommes qui se lancent dans un concours de natation synchronisée.

Avec le passage au couvre-feu à 23 heures, ça permet au film de se lancer vers 20h30 pour que tout le monde soit rentré chez soi à l’heure.

  • Nord : Chicken Run, le 2 juillet au parc du Nouveau Monde

Plus de couvre-feu normalement à ce moment-là alors on prend son temps pour cette séance dans le quartier de l’Hommelet. Vous pourrez débarquer au Parc du Nouveau Monde (rue du Collège) dès 18h30 pour écouter les chansons de Nicolas Daquin et assister à une battle de danse hip-hop tout en profitant de la buvette et en grignotant un bout.

Mieux vaut aussi prendre une petite laine au cas où car, là, la projection se fait en total plein air et il faudra attendre la nuit tombée pour le départ du film prévu à 22h30. On part sur un classique d’animation qu’est Chicken Run et qui raconte la quête de liberté de la poule Ginger.

S’il pleut, pas de panique, vous n’aurez pas besoin de vous transformer en poule mouillée et de quitter la séance. La ville a déjà une solution de repli dans les cartons et pourra rapatrier tout le monde au centre social de l’Hommelet.

  • Sud : Hors Normes, le 9 juillet au terrain Fontier

On termine au sud, du côté de la Potennerie, pour ce dernier rendez-vous cinématographique. Des expos, des animations, des danses et des jeux seront de la partie dès 20h30 au terrain Fontier. A partir de 22h15, silence, ça projette ! C’est le film Hors Normes d’Eric Toledano et Olivier Nakache qui clôturera ce quatuor de séances. L’histoire est celle de Bruno (Vincent Cassel) et Malik (Reda Kateb), deux éducateurs dans des assos pour enfants et ados atteints de troubles autistiques. En parallèle, ils forment des jeunes issus de quartiers difficiles à les encadrer.

Comme pour la séance à l’Hommelet, il faudra penser à prendre un pull avant de venir pour ne pas frissonner pendant la séance. Et s’il pleut le jour J, elle sera déplacée à l’Espace Linné.