Le graff s’est fait inviter à l’ancienne Hirondelle de Lebas

Dans Ch'est bieau, Dans la rue, Lille
Scroll par là

L’agence Becity, à qui appartiennent les anciens locaux de l’Hirondelle à Lebas, a prêté ses murs début juin à une vingtaine de graffeurs et graffeuses pendant tout un week-end. Le résultat est bluffant et vous pourrez bientôt voir quelques fresques dans les rues de Lille. Mais on va surtout vous montrer les œuvres qui ont été réalisées in situ.

Avant de devenir une brasserie éphémère, ce grand local en face du parc Lebas était un garage. Et dans quelques années, ça deviendra le hall d’entrée du projet Metronom conduit par l’agence Becity. Sauf qu’en ce moment, c’est surtout une coquille vide. “On ne peut plus louer cet espace comme du temps de l’Hirondelle car les travaux de démolition ont commencé de l’autre côté, explique Romain, directeur développement durable et innovation chez Becity. Mais on reste toujours dans ce qu’on appelle de l’urbanisme transitoire et on peut donc créer des événements ponctuels.”

Le 5 juin dernier, elle a donc laissé l’asso lensoise de graff’ Red Bricks organiser une grosse session (baptisée Style Buster) avec des graffeurs et graffeuses du coin (Parse One, 3ZER …) mais aussi de toute la France (Wallas, Nexer…) et même d’Afrique du Sud (coucou Mr Copy). “Un tel endroit laissé vacant plusieurs mois, on savait qu’on finirait par se faire graffer un jour, alors autant l’organiser nous-mêmes“, lance tout sourire Célia, la chargée de comm’ de Becity qui nous fait la visite. Le groupe a même filé du matos aux artistes.

Tous les murs de l’ancien spot de Lebas sont aujourd’hui graffés avec des styles différents mais surtout des fresques qui nous ont fait lâcher plusieurs “Wahou !” quand on les a découvertes. Elles ne pourront pas être vues sur place par du public, les visites étant difficilement envisageables dans un endroit en cours de démolition. Mais de grands panneaux ont aussi été mis à disposition des graffeurs et graffeuses.

On s’est dit qu’on pourrait exposer ces œuvres là en extérieur pour les montrer aux passant·e·s“, annonce Romain. Le but serait de les afficher sur les murs extérieurs d’un autre projet immo de l’agence, rue du Molinel (juste en face de la boulangerie Matthieu). Si tout va bien, on pourra les admirer dès la fin du mois de juin et il y aurait une sorte de turn over des panneaux pour que tous passent par la case rue.

Sur cette façade en fait.

Le destin des œuvres in situ, lui, reste encore incertain : la démolition de cette partie du projet ne démarrera pas avant cet automne. “Comme c’est censé devenir un hall d’entrée avec une offre de restauration, on se dit que certaines fresques pourraient potentiellement être gardées dans le futur aménagement“, explique Romain. Mais ça, ça dépendra des futurs proprios.

On les a immortalisées en photo de notre côté, au cas où :