En juillet, le Refugee Food Festival de Lille vous fera voyager une fois de plus

Dans Festival, Food Porn, Lille

@Charles Mangin

Scroll par là

Du 6 au 11 juillet, des cuisinier·e·s venu·e·s du Soudan, de Guinée, d’Irak mais aussi de Syrie, vous prépareront leurs spécialités dans différents restaurants lillois. Ca s’appelle le Refugee Food Festival, et ça a lieu chaque année depuis 2017. Il met en avant la cuisine de réfugié·e·s pour briser les stéréotypes et leur donner un coup de pouce.

S’il y a bien quelque chose qui fédère, c’est bien la nourriture. L’association Food Sweet Food l’a bien compris. Elle s’est donnée pour mission d’aider les réfugié·e·s à s’intégrer dans leurs villes d’adoptions grâce à la cuisine depuis 2016. Elle propose des collaborations culinaires entre cuistos réfugié·e·s et restaurateurs à l’occasion du Refugee Food Festival, qui a lieu chaque année depuis 2017.

@Muses de l’Opéra

Le festival a mis en lumière plus de 300 chefs, créé des ponts entre associations, food courts, restaurateurs et réfugiés. Par exemple, Bassem Ataya a quitté la Syrie à cause de la guerre en 2014 pour rejoindre la France. Après avoir participé à plusieurs éditions du Refugee Food Festival à Lille, il s’est installé en tant que traiteur dans la métropole lilloise. L’année dernière, Marianne Barbier (co-fondatrice de Grand Scène) lui a proposé de rejoindre Grand Scène.

Voici le menu dépaysant pour l’édition du 6 au 11 juillet :

  • Mardi 6 juillet à Grand Scène : aux heures du déjeuner et du dîner (10 heures – 23 heures) trois cuisinier·e·s s’installeront dans différents corners. Binta Top, cuisinière guinéenne, proposera ses spécialités au Comptoir Volant. Manal Momika servira ses plats irakiens au corner Ataya. Abdelnasir Muhanna, cuisinier soudanais, vous régalera chez Bernard & Léon. Pas de réservation requise, vous pouvez vous pointer directement là-bas.

Particularité de cette année, l’association SOS Méditerranée viendra animer le food court en diffusant un documentaire et discuter autour de la crise migratoire. Un podcast sera également enregistré en live, À Poêle, animé par Julie Gerbet. Un podcast qui met à nu les chef·fes de cuisine.

  • Mercredi 7 juillet à L’annexe : à l’heure du dîner (19 h 30 – 21 heures) vous pourrez découvrir la cuisine irakienne de Dina Sarsam, ancienne directrice d’une banque à Bagdad, elle se reconvertit dans la cuisine pour le plus grand plaisir de nos papilles. Réservations au 03.28.52.03.59.
  • Vendredi 9 juillet au Baysca : Manal Momika vous fera voyager en Irak à l’heure du dîner (19 h 30 – 21 h 30). Psychologue en Irak, elle veut ouvrir son restaurant irakien à Lille. Réservation au 03.20.40.87.88.
  • Samedi 10 juillet au Sébastopol : vous pourrez bruncher (12 heures – 14 heures) aux couleurs de la Guinée avec Binta Top. Animatrice socials au Petit Maroc, elle a pour projet d’ouvrir une cantine qui propose de la cuisine africaine préparée avec des produits locaux. Réservations au 03.20.13.13.38.
  • Dimanche 11 juillet au Présentoir : à l’heure du dîner (17 heures – 21 heures) vous pourrez découvrir les plats syriens concoctés par Chérine Al Assali. Mère de famille, elle a pour ambition de suivre une formation de cuisine et ouvrir un restaurant avec son mari. Réservations au 06.44.64.43.29.
Photo @Mahka Eslami

Tous les plats qui vous seront proposés dans les différents restaurants, sont fait à quatre mains. Les cuisiniers venus d’ailleurs et les cuistos d’ici ont pensé des menus fusion, alliant la cuisine française à la cuisine du monde. Si l’envie vous vient de discuter avec les cuisiniers en fin de service, ça sera bien sûr possible.

Ne tardez pas trop avant de réserver, vu le contexte sanitaire il y a peu de places. Toutes les réservations se font par téléphone. Un event Facebook vous explique le concept et si vous voulez aller plus loin, voici leur site.