Expositions, ciné de plein air… L’été va être très chargé au LaM

Dans Article Sponsorisé, Culturons-nous
Scroll par là

Article sponsorisé @LaM

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le LaM n’a pas chômé pendant ses longs mois de fermeture. Au lieu de rouvrir le 19 mai tout en douceur, le musée d’art moderne de Villeneuve-d’Ascq a décidé de frapper fort. Bim ! Quatre expos d’un coup.

En vrai, ces expos n’auraient pas dû être installées en même temps. Mais quand on ferme pendant presqu’un an, on a de l’énergie à revendre. Plutôt que d’y aller tout doux, l’équipe du musée a choisi l’option tout-en-un. En allant au LaM, vous allez donc vous prendre une flopée de culture, qu’on vous détaille ici en points boulettes.

  • Guillermo Kuitca, le cubisme angoissé
    L’artiste argentin a aujourd’hui une soixantaine d’années et est une figure majeure de l’art moderne en Amérique latine. Son travail, sur toile, sur soie ou sur lit d’enfant (oui, oui) montre un esprit aussi brillant que torturé. Kuitca a peint des toiles gigantesques sur lesquelles s’exprime une grande noirceur. La grandeur des œuvres fait plonger le spectateur directement dans l’esprit de l’artiste. C’est touchant de beauté, sans rire.
    Dénouement, jusqu’au 26 septembre 2021.
  • Giorgio Griffa, la douceur des traits
    Deux salles, deux ambiances : chez l’Italien, encore vivant, on tombe dans un univers d’une grande douceur, plein de couleurs, un brin mélancolique, mais qui transpire la bienveillance. Griffa peint aussi sur des toiles gigantesques, mais ses figures abstraites à lui sont généreuses et délicates.
    Merveilles de l’inconnu, jusqu’au 28 novembre 2021.
  • Laure Prouvost, le bazar de la pieuvre
    Cette artiste à la fois plasticienne, vidéaste et touche-à-tout est originaire… de Croix et est donc fortement attachée au Nord. Quand, pour la dernière biennale de Venise, on lui demande de représenter la France, elle imagine un monde fait de pieuvres, de souvenirs, d’histoires contées et de rencontres. C’est cette installation qu’elle a adaptée pour la faire dialoguer avec les œuvres de la collection d’art brut du musée.
    Deep See Blue Surrounding You, jusqu’au 3 octobre 2021.
  • Modigliani, les dessous des toiles
    L’artiste parisien du début du siècle dernier est connu pour ses portraits frisant le génie. Le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France a eu la bonne idée de passer vingt-cinq de ses toiles (dont six appartenant au LaM) et une de ses sculptures aux rayons, révélant ce par quoi l’artiste est passé avant de terminer ses toiles. On découvre ainsi un paysage peint sous les couches de peinture d’un portrait, ou encore une jeune femme assise dans un fauteuil recouverte par le portrait d’un ami de l’artiste.
    Les Secrets de Modigliani, jusqu’au 20 février 2022.

En plus de ces quatre expos, le LaM a prévu deux chouettes soirées gratuites dans son parc, en août :

  • Le 6 août à 22 heures, en lien avec l’expo Kuitca, le LaM diffusera Lost Highway, de David Lynch, dont la noirceur fait écho à la profondeur des toiles de l’Argentin.
  • Le 21 août à 21h30, en lien avec l’expo Prouvost, on pourra voir Ponyo sur la falaise de Miyazaki.

On vous laisse aller sur le site du LaM pour le reste des informations. Le musée habite au 1, allée du Musée, à Villeneuve-d’Ascq.

Article sponsorisé @LaM