CineComedies revient fin septembre à Lille avec plein de films cultes

Dans Chill, Festival, Lille
Scroll par là

La billetterie ouvre pas plus tard que ce mardi alors il est grand temps de vous donner la prog’ de la 4e édition de CineComedies à Lille. Le festival débarque du 29 septembre au 3 octobre avec comme d’hab’ un florilège de comédies, aussi irrévérencieuses que populaires, des avant-premières, des classiques mais aussi une flopée d’invité·e·s.

Pour ceux et celles qui débarquent à Lille cette année, on vous refait un peu le topo : depuis 2018, le festival CineComedies s’installe chez nous fin septembre avec dans ses bagages plein de films cultes fendards à revisionner (le plus souvent gratuitement) pendant plusieurs jours dans les cinémas lillois. Il y a des rencontres, des avant-premières, une expo sur des maîtres de la comédie française (on a eu Bourvil et Gérard Oury par exemple) mais aussi des pays invités (coucou la Belgique).

Cette année, on part sur un combo Groland-Québec-Bébel-Deûle et on vous en dit plus tout de suite :

Groland aux manettes

Avec Benoît Delépine et Gustave Kervern comme invités d’honneur, autant vous dire que l’humour corrosif battra son plein à Lille. Les piliers de l’émission cultissime Groland vont faire planer un vent de liberté autant sur la programmation (parce que leurs films vont forcément être à l’affiche pendant le festoche) que le Gros Soir qu’ils préparent : une soirée-rencontre gratuite qui promet de la bonne marrade à l’UCG de la rue de Béthune le 2 octobre.

Fun fact : Bénoît Delépine est de Saint-Quentin et a débarqué à Lille pour faire des études de commerce au début des années 80. La prépa HEC, ça ne l’a pas fait mais il a quand même profité de son passage lillois pour fonder Fac Off, un journal étudiant dont le nom en disait pas mal déjà sur le bonhomme.

Le Québec déboule

Après les voisins de la frontière, passons aux voisins de l’autre côté de l’océan. Le Québec, ses comédies et trois réalisateur.rice.s atterrissent chez nous pour nous faire “entendre” leurs films. Il y aura bien évidemment une projection gratos de Starbuck (au Majestic le 3 octobre) en présence de son papa Ken Scott. Il y aura aussi le daddy de Père en Fils (1et 2), Emile Gaudreault, et la jeune réalisatrice Anne Edmond (direction Le Fresnoy ici).

Expo Bébel

Bon, ce n’était pas censé être une expo sur Belmondo posthume mais le fait est que vous pourrez aller vous recueillir au Palais Rihour dès ce samedi. Baptisée “Belmondo, comédies en cascades”, elle est gratuite une fois encore et vous pourrez aller admirer des objets et documents rares comme des photos, des costumes ou encore des accessoires des tournages emblématiques du “Magnifique”.

Du 11 septembre au 10 octobre, tous les jours de 10 heures à 18 heures, sans résa.

En plein air à Wazemmes

Pour une petite projo en plein air, version été indien, direction la maison Folies Wazemmes le 30 septembre : le film La Lutte des classes, en présence de son réalisateur Michel Leclerc, sera projeté sur place. Pas besoin de résa, c’est gratuit et c’est premier.e arrivé.e, premier.e assis.e.

Des avant-premières et des classiques

Vous aurez bien évidemment droit aussi à voir des stars du grand écran qui viendront pour des avant-premières (pour le coup payantes) comme On est fait pour s’entendre avec Pascal Elbé et Sandrine Kiberlain.

Vous pourrez aussi vous (re)faire Dans l’eau…qui fait des bulles avec De Funès à l’UGC ou carrément La Vie est un long fleuve tranquille sur une péniche le long de la Deûle (pas encore de lien de résa) le 3 octobre.

La vérité, c’est qu’on ne peut pas vous lister ici tous les films projetés pendant le festoche. Parce qu’il y en a beaucoup mais aussi parce qua la liste des invité.e.s va encore s’allonger au fil du mois. Le mieux, c’est donc d’aller directement sur la billetterie et de vous laisser tenter.

Et sinon, le festival a une page Facebook et un compte Insta pour être tenu au jus de toutes les actus.