Les boîtes de nuit belges rouvrent ce vendredi

Dans Lille, Night Night, Voyage Voyage
Scroll par là

Les dancefloors belges reprennent du service ce 1er octobre après des mois et des mois passés sans l’ombre d’un clubber. Si vous êtes des adeptes des établissements de nuit belges, on vous file le mode d’emploi pour aller y danser dès ce week-end.

Il n’est pas rare de retrouver bon nombre de Nordistes en boîte de nuit chez leurs voisins Belges. Et si les boîtes lilloises ont déjà repris quasi toutes leur activité au fil de l’été et de la rentrée, on sait que certains et certaines d’entre vous n’attendent qu’une chose : retraverser la frontière pour aller s’enjailler à la Belge.

Mais comment ça se passe justement là-bas ? Avec cette histoire de pass sanitaire qui n’est pas mis en place partout dans le pays, on en perdrait son flamand. Rassurez-vous, ça va finalement être très simple pour les boîtes de nuit car une fois n’est pas coutume, que ce soit à Bruxelles, en Wallonie ou en Flandre, le protocole sera le même partout.

A savoir :

  • il faudra avoir un pass sanitaire pour rentrer, un Covid Safe Ticket comme on l’appelle là-bas. Mais pas de panique, ça fonctionne grosso modo comme le nôtre * : il suffit donc de convertir votre pass sanitaire français en certificat Covid européen. Ça se fait sur Amelir.fr ou directement sur votre appli TousAntiCovid en cliquant sur … en haut à droite du QR code puis sur “Convertir au format européen“.
  • pensez à avoir votre carte d’identité sur vous
  • les boîtes belges sont obligées d’assurer une qualité de l’air et une ventilation suffisantes
  • vous pouvez faire tomber le masque en intérieur à l’instant où votre pass sanitaire est validé

On vous conseille aussi vivement d’aller checker si votre boîte belge préf’ compte rouvrir dès vendredi. Et voir un peu la programmation des réjouissances. Pour ceux et celles qui se demanderaient, le Cap’tain a déjà fait savoir qu’il partait sur quatre grosses soirées pour fêter ça.

*ça signifie avoir été vacciné.e complètement, avoir un test PCR négatif de moins de 48 heures, un test antigénique de moins de 24 heures ou une preuve d’avoir été malade dans les six mois.