Jusqu’en décembre, Comala Radio et ses potes assurent l’ambiance des brunchs dominicaux à l’Institut pour la Photo

Dans Chill, Food Porn, Lille, Music in my ears

Photo ©Comala

Scroll par là

Dans le Vieux-Lille, l’Institut pour la Photo est ouvert… mais pas dans sa forme finale. C’est plutôt une préfiguration de ce que sera le lieu après travaux. En attendant, plusieurs mini expos s’offrent à vous, mais pas que : le dimanche jusqu’au 5 décembre, c’est un beau combo brunch – DJ set qui s’ajoute au programme.

Si vous vous souvenez du monde d’avant, ces brunchs sonores existaient déjà en 2019. Et déjà, c’était les DJ de Comala Radio qui officiaient derrière les platines. C’était chouette, et il n’y avait aucune raison de ne pas recommencer. Les mêmes ont donc été rappelés. “On en a déjà fait un, raconte Antonin, A.K.A. Ango, de Comala. Ca avait super bien dansé. En plus il faisait beau, on a pu faire ça dans la cour.” Le principe est assez simple : vous vous faites un petit brunch servi par la Dinette (chouette resto de la rue Saint-André) au doux son d’un DJ set assuré par Comala et ses guests.

A chaque fois, on invite des gens différents, confirme Antonin. Iels viennent de Cuba, de Grenoble, de Bruxelles, de Paris…” Pour les prochaines semaines, on a envie de vous annoncer du beau monde : la Cubaine Cami Laye Okun, la belge AliA, iZem, Bernadette, Master Phil… C’est le Camion Bazar qui se chargera de faire une clôture en grande pompe, le 5 décembre. Et les DJ de Comala se relaieront aussi aux platines, tous les dimanches : comptez sur la présence de SupaGroovalistic, Numérobé, Dirty Berlin, Babu Gartez et Wild Cake, que vous avez peut être déjà vus mixer sur la métropole lilloise.

Le bien-être de votre estomac sera assuré par la Dinette, qui vous propose un brunch de derrière les fagots, fait de banana bread et de gros burger (l’option végé est possible).

Certain·e·s se passent du brunch (à 18 euros) et vont directement (et gratuitement) sur la piste de danse improvisée. D’autres se repaissent de leur festin en tapant du pied. En fait, vous faites ce que vous voulez, vous pensez bien. Le tout, c’est de savoir que ce sera la dernière édition de ces brunch musicaux : “L’Institut pour la photo ferme l’année prochaine pour faire ses travaux, rappelle Antonin. Donc on va essayer de faire une sacrée fête.

Et bien sûr, il sera possible de faire un tour des mini-expos actuellement en cour. Là aussi, il y a du lourd : les travaux, entre autres, de Bettina Rheims, Agnès Varda et Jean-Louis Schoellkopf sont exposés, et l’entrée est gratos.

Rendez-vous chaque dimanche entre midi et 19 heures à l’Institut pour la Photo, 11, rue de Thionville. Tenez, on vous met l’event Facebook.