Le Louvre-Lens passe en mode étudiant pour les trois prochains week-ends

Dans Culturons-nous, Lille

@FREDERIC IOVINO

Scroll par là

Chaque année, le musée lensois donne carte blanche à des jeunes du coin plein de talents le temps d’un week-end. Pour 2022, il leur en donne même trois en janvier (les 15-16, les 22-23 et les 29-30) pour venir s’exprimer et performer devant le public. Et pour l’occasion, l’entrée du lieu coûtera 0€ à ceux et celles qui ont moins de 26 ans.

En ce moment, l’expo temporaire “Les Louvre de Picasso” a pris place dans le musée et montre comment le peintre s’est largement inspiré de ce qu’il a pu voir jeune dans les allées du musée parisien dans son oeuvre. C’est exactement ce que le Louvre-Lens a demandé à une quarantaine de jeunes artistes du coin de faire : se laisser inspirer par les collections du Louvre comme Picasso au début du XXe.

@Louvre-Lens / Lamacz_Laurent

Pour découvrir le fruit de leur travail, rendez-vous ces trois prochains week-ends de janvier avec une thématique différente à chaque fois. On vous laisse un aperçu de ce riche programme :

Les 15 et 16 janvier : la danse et le corps

Vous pourrez écouter les étudiant·e·s de l’ICART vous parler de certaines des œuvres de l’expo temporaire et de la galerie du temps par le prisme du corps pendant 15 minutes à chaque fois :

  • Dans l’exposition Les Louvre de Pablo Picasso :
    • 10h30 : Baigneuse (1931) et Footballeur (1965), de Pablo Picasso : la liberté du corps en mouvement
    • 11h30 : Les déjeuners sur l’herbe, d’après Manet, de Pablo Picasso : la perception du corps de la femme
    • 12h30 : La famille heureuse ou le retour du baptême d’après Le Nain (1917), de Pablo Picasso : le corps comme support des sentiments
  • Dans la Galerie du temps :
    • 14h30 : Jeune femme ailée : Niké, personnification de la Victoire (vers 190 avant J.-C.) : la liberté du corps en mouvement
    • 15h30 : Suzanne au bain de Tintoret (1550) : la perception du corps de la femme
    • 16h30 : Napoléon Bonaparte franchissant les Alpes au col du Grand-Saint-Bernard en 1800, de Paul Delaroche (1848) : le corps comme support des sentiments

Vous pourrez aussi admirer la performance dansée “Corps à l’œuvre” de l’étudiante lilloise Zoé Chiffoleau et sa compagnie. Elles s’inspirent de la Galerie du temps, et vont se nourrir du lieu et des visiteurs, que ce soit dans leurs postures, engagements ou émotions. La prestation dure 15 minutes et ce sera à 14h15, 15h15 et 16h15 pendant tout le week-end dans la Galerie du temps.

Du côté de l’expo temporaire, ce sera Alexia Delamonica, elle aussi étudiante à Lille, qui vous livrera une improvisation dansée de salle en salle. Chacun de ses gestes sera directement inspiré de ce qu’elle ressentira face aux oeuvres. Ce sera uniquement le samedi 15 janvier, à 14 heures, 15 heures et 15h30.

Les deux autres week-ends

Pour le moment, la prog’ des deux autres week-ends n’est pas encore finalisée mais on reviendra tout vous détailler ici en temps voulu. On peut quand même déjà vous dire que le week-end des 22 et 23 janvier tournera autour de la musique et de la lecture. Quant au dernier, celui des 29 et 30 janvier, il sera consacré aux images et à la création. Il y aura carrément un parcours créatif créé par les étudiant·e·s avec des photographies, des peinture et des installations poétiques.

© Collectif Les Petits doigts

On vous rappelle donc que lors de ces week-ends, si vous avez moins de 26 ans, vous pouvez aller vous faire toutes ces animations gratuitement mais aussi l’expo temporaire sur Les Louvre de Picasso et la Galerie du temps. On vous laisse un lien vers le site du musée.