La Déconsigne recycle les bouteilles de bière dans les Hauts-de-France

Dans Bière, C'est green, Lille

À gauche Benjamin, co-fondateur et à droite, Eric, responsable de l'Intermarché Super de Mons-en-Barœul.

Scroll par là

Vous cherchiez un moyen de recycler vos bières vides ? Les bornes de La Déconsigne attendent patiemment dans certains magasins des Hauts-de-France depuis 2020. A l’initiative de trois amis, elles permettent une solution écologique et économique.

Reconnaissables à leur stature rectangulaire et à leurs couleurs blanche et orange, les machines de La Déconsigne entrent dans une démarche écologique de recyclage, celui des bouteilles de bière vides. Elles sont disponibles dans seize magasins partenaires, depuis fin 2020. Quinze d’entre elles se situent dans le Nord-Pas-de-Calais et une en Picardie. Il y en a une dans la métropole lilloise, à l’Intermarché de Mons-en-Barœul. Les plus proches se situent ensuite au Carrefour Market de Baisieux, à l’Intermarché de Bousbecque et à l’Hyper U de Nieppe. Ce projet, c’est l’idée de trois amis d’enfance, originaires de Saint-Omer.

On a eu cette idée pendant le premier confinement, se souvient Benjamin, l’un des fondateurs. On allait chercher nos bières en Belgique mais on ne pouvait plus les ramener parce que les frontières étaient fermées. On a donc réfléchi au moyen de ramener le système de consigne en France.” C’est d’ailleurs directement de cette action que vient le nom “Déconsigne”. Et paf, ainsi naît la petite entreprise.

Une solution simple et efficace

Fournies par la société norvégienne Tomra, les machines sont en fait très simples d’utilisation. D’abord, il faut venir avec les bouteilles vides. “Ensuite il s’agit de les insérer dans la borne, le code-barres vers le haut. Un triple contrôle commence alors, concernant la taille, le poids et le code-barres”, continue Benjamin. Une fois la bière validée parmi plus de 250 références, elle tombe sur un tapis, dans un bac. 

Il ne reste plus qu’à récupérer les bons d’achat distribués par l’engin en fonction des bières, utilisables pour tout produit du magasin, des légumes aux produits d’entretien. On parle de 5 à 50 centimes la bière. Par exemple, une 3 Monts cuivrée de 75 cl vaut 5 centimes, tandis qu’une Chimay Triple de 75 cl rapporte 20 centimes. 

Le bac doit être vidé en moyenne deux à trois fois par semaine. On compte entre 1500 et 2500 bouteilles par borne chaque mois. “Les bouteilles récupérées partent dans notre entrepôt, basé à côté de Saint-Omer. La moitié est rendue en Belgique, l’autre partie est envoyée aux laveurs pour ensuite être donnée aux brasseurs”, précise Benjamin. Voilà, la boucle est bouclée.

Le projet lancé par le trio travaille majoritairement avec des gérants indépendants. Comme c’est le cas pour Eric depuis l’été 2021, responsable de l’Intermarché Super de Mons-en-Baroeul, l’un des plus performants. “C’est dû à la fréquentation et l’implantation. Il existe toute une clientèle informée et réceptive à cette démarche écologique dans le coin. Le magasin est déjà assez engagé sur ce point, notamment via la récupération des piles. On ne fait pas ça pour la rentabilité, c’est une question de valeurs”, précise le manager.

Et pour le futur ?

La Déconsigne souhaite élargir ses références et augmenter sa visibilité. “On veut aussi se développer à fond dans les Hauts-de-France, c’est notre région. La culture de la bière y est importante”, raconte le co-fondateur. En dernier lieu, les trois compères désirent s’étendre aux bouteilles de jus de pomme, pots de confiture, pots de cornichons, etc…

Si l’idée vous plaît et que vous souhaitez en savoir plus, vous trouverez la localisation des différentes machines et la liste des bières référencées sur le site. Voilà pour la page Facebook et l’Instagram.