La carte du baromètre des villes cyclables a été mise à jour et est dispo en ligne

Dans Lille, Mon P'tit Vélo
Scroll par là

Chaque année, la Fédération des usagers de la bicyclette (la FUB) organise une grande concertation nationale qui vise à établir un genre de baromètre général de la place laissée aux biclous dans les villes. Figurez que le baromètre et sa carte associés viennent d’être actualisés.

En rouge, les points à améliorer. En bleu, le souhaits de stationnement de vélo. En vert, les progrès qui ont été faits depuis le dernier recensement. Et vous pensez bien que dans la métropole lilloise, c’est le rouge qui est prédominant. Mais reprenons depuis le début.

La FUB regroupe plus de 460 associations d’usagers du vélo dans toute la France. Dans le coin, on peut vous citer comme exemple l’asso Droit au Vélo. Chaque année, elle sonde les cyclistes de tous horizons pour avoir leur avis sur l’état des pistes cyclables et autres aires de stationnement dans les grandes villes de France. Le questionnaire porte sur cinq thèmes : ressenti général, sécurité, confort, importance du vélo, stationnement. Les cyclistes graduent leur réponse de 1 (très mauvais) à 6 (très bon). La synthèse est ensuite faite pour évaluer le “climat cyclable” d’une zone.

Une carte est ensuite établie avec le code couleur qu’on vous a décrit, et rendue publique. Pour les habitant·e·s, c’est une manière de s’informer de l’état d’avancement dans le domaine. Pour les collectivités, c’est un bon moyen de voir aussi quels sont les gros points noirs donnés par les cyclistes de leur territoire, pour rectifier le tir, engager des projets, des travaux, viser des améliorations…

Quid à Lille ?

Dans la métropole lilloise, le baromètre est pour le coup très complet. La carte fonctionne par petits points. Plus il y a de points au même endroit, plus le problème ou le point de progrès a été signalé par celles et ceux qui ont répondu au questionnaire. Sans aucune surprise, à Lille, le rond point des Postes ressort rouge cramoisi, tout comme la rue de Cambrai, la rue Gambetta ou encore la rue de Turenne. Dans le centre, ce sont le boulevard Carnot et le parvis de la gare Lille-Flandres qui, selon les cyclistes nordistes, méritent un effort d’accessibilité.

Côté progrès, l’avenue Léon-Jouhaux est au vert, comme les boulevards Victor-Hugo et Montebello. Quand aux demandes d’arceaux, elles sont concentrées sur les deux gares et dans les hauts lieux de passage : la Grand-Place, place de la Nouvelle-Aventure et la place de la République.

Et l’avantage de cette carte, c’est qu’elle ne se limite pas à Lille intra-muros mais couvre toutes les communes de la métropole. On vous laisse aller la consulter pour voir les lieux que vous fréquentez à deux-roues.