Just Escape, le nouvel escape game futuriste qui régale à Moulins

Dans Chill, Geek, Lille
Scroll par là

Un escape game sophistiqué a ouvert à côté du parc Jean-Baptiste – Lebas, le 11 février dernier. Il s’appelle Just Escape et ses fondateurs misent sur une salle immersive, sophistiquée et composée de nombreuses petites énigmes. Une évasion ambitieuse dans lequel il faudra remettre en marche un estaminet du futur.

Depuis les années 2010, le concept des escape games a le vent en poupe et on peut en tester un bon paquet à Lille. Avec le temps, les concepteurs tentent de se réinventer quand les petits nouveaux rivalisent d’ingéniosité pour faire leur trou dans le milieu. Antoine et Jean-Baptiste, deux potes ingénieurs, font justement partie de cette seconde catégorie. C’est rue d’Arras, à Lille, qu’ils ont ouvert Just Escape mi-janvier.

De gauche à droite, Antoine et Jean-Baptiste ont mis plus de deux ans à mettre au point le Digimiam.

On a mis deux ans pour tout fonder à partir de rien, raconte Antoine. Il fallait trouver les énigmes et les tester, mais aussi concevoir tous les décors et les mécanismes.” Ce fan de jeux de société et d’évasion a bossé pendant quelques temps à Budapest, “la capitale des escape games”. Il se dit que ça pourrait être son tour. Le plan chatouille la curiosité de Jean-Baptiste, un pote qu’il a rencontré lors ses études d’ingénieur à Lille. Ni une ni deux, ce dernier se joint à l’aventure.

Lille 2080 : l’escape game du futur

Et voilà comment né Digimiam, leur premier jeu d’évasion. Bienvenue en 2080. Un estaminet futuriste lillois, dont l’intelligence artificielle est en charge de la cuisine, a court-circuité. Le but : remettre l’établissement en marche en 60 minutes top chrono.

Ici, on ne trouvera aucun cadenas mais des mécanismes plutôt originaux. “Je voulais à tout prix profiter de mes compétences en électronique, déclare avec conviction l’ingénieur. Souvent quand je fais un escape game, je me dis qu’il y a moyen de faire plus.” La part belle est donc faite à la technologie. On trouve notamment un bras robotique fonctionnel et un jeu de miroirs en guise d’hologramme.

Antoine et Jean-Baptiste ont conçu le scénario et toutes ses énigmes eux-mêmes. La fouille est quasi-absente au profit de la réflexion. Les décors immersifs et chargés d’écrans participent à renforcer l’impression de futur, accompagnés par une bande sonore du même calibre. Dernier détail : la difficulté est adaptable tout au long de l’aventure.

Le Digimiam se joue à deux, trois ou quatre joueur·euse·s, sur réservation. Les fondateurs ont décidé de mettre en place un prix fixe, à hauteur de 25 euros par tête. Il y a quatre créneaux par jour, le premier est à 14 heures et le dernier est à 20 heures. Le planning s’étire le week-end avec l’ajout d’une résa à 10 heures et une autre à midi.

On vous laisse avec le site officiel de Just Escape, ainsi que la page Facebook et le compte Insta. La salle se trouve au 26, rue d’Arras.