Pourquoi les TER n’étaient pas gratuits lors de la circulation différenciée de fin mars ?

Dans Lille, Transport
Scroll par là

Pendant plus d’une semaine fin mars, le Nord-Pas-de-Calais a vécu un pic de pollution atmosphérique. Des mesures ont été mises en place comme la réduction de la vitesse sur les grands axes, la circulation différenciée dans la métropole lilloise qui a elle même conduit les transports en commun à être gratuits pendant deux jours. Mais pas les TER. On a appelé la région pour en savoir plus.

Et les TER ?” “Les TER aussi seront gratuits du coup ?” La même question s’est retrouvée pas mal de fois sous les posts annonçant la gratuité des transports en commun de la métropole lilloise pour cause de circulation alternée. Et cette question était légitime : depuis le 1er janvier 2020, les TER Hauts-de-France sont censés être gratuits au départ ou à l’arrivée des zones concernées par la mise en place de la circulation différenciée (métropole européenne de Lille ou Île-de-France).

Une décision annoncée en octobre 2019 par le président de région Xavier Bertrand et une délibération a été votée dans la foulée au conseil régional en décembre 2019. Pourquoi donc la mesure n’a-t-elle pas été mise en place les 25 et 28 mars derniers alors que douze communes de la métropole lilloise étaient sous circulation différenciée ? Comme c’est la région qui doit la déclencher, on est allé directement lui poser la question et c’est Franck Dhersin, vice-président en charge des mobilités et des transports qui nous a répondu.

“On aurait du mais..”

On aurait du la mettre en place, c’est vrai, concède d’emblée le vice-président. Mais on ne l’a pas fait car compte-tenu du service dégradé en ce moment au niveau des TER dans la région. On a eu peur d’un afflux de gens en gares qui n’auraient pas pu prendre de train.”

Pour vous résumer rapidement la situation : pendant près de quatre mois, un bras de fer s’est installé entre la SNCF et la région Hauts-de-France sur les conditions de circulation du TER. Au point que la région avait suspendu jusqu’à il y a encore quinze jours ses paiements à l’opérateur ferroviaire. Tout tend pourtant vers le mieux ces derniers temps : il y a moins de trains supprimés, les paiements ont repris et la SNCF a fait un geste pour avril aux abonné·e·s (à lire plus en détail par ici).

Mais selon le vice-président, une récente forte augmentation des malades dans le personnel de la SNCF entraîne de nouveau la suppression ou des sous-compositions de trains. On a donc décidé de ne pas enclencher la gratuité qui ramène forcément plus de personnes sur les quais“. Voilà l’explication qu’on a eu de la région.

De son côté, la SNCF ne peut quoi qu’il arrive pas rendre gratuits les TER sans ordre de l’exploitant (ici la région). La procédure n’est pas automatique. Dernier point non négligeable : rendre les TER gratuits coûte forcément de l’argent. La région avait évalué cette mesure de gratuité à 140 000 € par jour en 2019.