Le Jardin des Plantes a ouvert son Orangerie, un bar estival et éphémère

Dans Chill, Lille
Scroll par là

A chaque printemps, les plantes de la ville quittent leur salle du Jardin des Plantes pour aller se poser aux quatre coins de Lille. Cette année, la mairie a eu envie de voir ce qu’on pourrait faire de cet espace et a donc laissé le gérant du Pico Bistrot y installer un bar éphémère où on boit des bières du coin et grignote un bout à côté des serres. C’est l’Orangerie et ça sera ouvert jusqu’à fin octobre.

Y accéder n’est pas forcément facile, mais dès qu’on pose son godet sur la table et le fessier sur la chaise, on se dit que ça valait le coup. Nichée dans un recoin du Jardin des Plantes, l’Orangerie se fait doucement connaître depuis son ouverture courant mai. “On a déjà fait quelques évents et on commence à connaître les gens du coin. J’aimais bien l’idée de faire ça doucement“, confie John qui gère le lieu jusqu’à l’automne avec son équipe.

Il n’en est pas à sa première expérience puisque c’est le gérant du Pico Bistrot (ex-DIY Café) de Cormontaigne. Quand il a vu passer l’appel à projet de la mairie de Lille pour ce lieu, il était doucement en train de préparer sa reconversion vers une vie plus campagnarde. “Mais là, c’était un nouveau défi et le côté expérimentation m’a plu.” Il est donc locataire du spot le temps que les plantes qu’il abrite d’habitude rentrent au bercail.

Boissons du coin et marché locaux

Le bâtiment date du milieu du XXe et il est vraiment chouette et super ensoleillé.” John y a mis tout ce qu’il aime : des bières du coin, quelques vins bio et des softs artisanaux (ne cherchez pas de sodas industriels). Une blanche aux fruits rouges brassée avec la brasserie Cambier devrait également débarquer dans quelques jours.

Pour le midi, pas de cuisine sur place forcément, mais l’équipe a trouvé la combine en se maquant avec Le Petit Ploc, la start-up lilloise à vélo qui fait de bons petits plats en bocaux. “On vous réchauffe ça au micro-onde et le tour est joué“, sourit le gérant. Pour l’apéro, il y a les traditionnelles planches, tapenades et des saucissons artisanaux à la carte.

Chaque week-end, le lieu pousse les tables et a dans l’idée accueillir des marchés de producteur·rices, d’artisan·es ou encore de créateur·rices. “Ce n’était pas une demande la ville pour le coup, c’est vraiment moi qui ait eu envie d’impulser ça“, continue John qui a aussi eu l’idée de planter du houblon des Flandres qu’il récoltera juste avant de partir en octobre. “Niveau timing, ce sera parfait !

Au total, quelques 200 personnes peuvent venir s’attabler à l’Orangerie. Gros coup de cœur forcément pour la terrasse ensoleillée jusqu’en début de soirée avec vue sur les serres. Ne vous pointez pas là-bas pour faire grosse soirée jusqu’à pas d’heure : l’Orangerie doit se caler sur les horaires du parc et doit fermer vers 21h30. Ils ont déjà rallongé d’une heure l’ouverture du soir pour nous“, précise John.

Pour le pratico-pratique, faites attention à ne pas tenter de sortir par l’entrée de la Porte d’Arras trop tard, vous trouverez porte grille close (testé et pas trop approuvé). Le mieux, c’est de venir et repartir via l’impasse de l’Observatoire, située du côté de la Porte de Douai.

Fin octobre, les plantes devront retrouver leur abri et l’équipe démontera son bar en bois et remballera les tables. “C’est une première expérience et on espère revenir l’année prochaine, mais il faudra voir si l’essai est validé.” Pour l’instant, en tout cas, la terrasse est rarement vide les jours de beau temps.

L’Orangerie est ouverte de 16h30 à 21h30 du mercredi au vendredi et de 11 heures à 21h30 le week-end. Il y a des toilettes éphémères qui se trouvent à l’extérieur de l’Orangerie, près de l’entrée et il y a de quoi garer son vélo. Pour suivre un peu l’actu du lieu, mieux vaut les suivre sur Insta.