Avec le bar Le Bouquet, le boulevard Victor-Hugo s’anime

Dans Bière, Chill, Food Porn, Lille
Scroll par là

Pour celleux qui connaissent le Lovibond, sur le boulevard de la Liberté, on vous présente son petit frère. Le bar qui a ouvert mercredi 6 juillet, régale déjà par ses bières locales, ses snacks au max végés, sa déco 100% chinée et son ambiance super chill.

Ça manquait d’animations sur le boulevard Victor-Hugo. Avec l’ouverture du bar Le Bouquet, on sent que ça va bien changer la donne. Dès le premier jour, l’établissement a trouvé public à ses tables, la terrasse étant pleine à craquer et l’intérieur déjà bien rempli deux heures après l’ouverture, mercredi 6 juillet. “Il n’y a pas grand chose dans le coin, commence Clara, la nouvelle gérante. Le local était vide depuis cinq ans après le départ du Bal Masqué.”

Entre son emplacement stratégique, à mi-chemin entre Wazemmes, Porte des Postes et Porte d’Arras ainsi que le grand espace qu’offre le local, qui peut accueillir jusqu’à 175 personnes, il n’en faut pas plus à Martin, le proprio du Lovibond, pour se décider à y installer son deuxième établissement. Et à mettre Clara aux commandes, qui a travaillé pendant quatre ans avec lui.

Déco 100% chinée

Ne vous méprenez pas, bien qu’il soit le petit frère du Lovibond, Le Bouquet n’est pas un copié-collé de son aîné. De part son nom déjà. “C’est une référence aux premières odeurs qu’on sens quand on met le nez au-dessus d’une bière ou d’un vin : c’est le bouquet d’arômes“, explique la responsable de 24 ans.

Clara a bossé quatre ans avec Martin au Lovibond avant de devenir gérante du Bouquet

Côté déco aussi, ça change, avec ses murs en brique, ses cadres en bois, son flipper, ses canvas et autres éléments décoratifs qui n’ont de point commun qu’une chose, c’est qu’ils sont tous chinés. “Je peux dire fièrement que rien n’est neuf dans le bar“, se réjouit Clara. Et s’il n’y a pas un style particulier au rez-de-chaussée, ça va être autre chose dans la cave. “On est en train de terminer les travaux, mais sur les trois salles de la cave, il y aura une salle spéciale années 70.

Et sinon qu’est ce qu’on boit ?

Sur le comptoir, une petite dizaine de tireuses fait de l’œil aux arrivant·es avec ses bières locales, dont une partie devrait changer régulièrement, et son cidre. Le tout allant de 5 à 8 euros la pinte. Sans compter les bouteilles, qui rendent le choix plus difficile.

Les amateur·rices de vins aussi peuvent se faire plaisir pour pas cher, puisque Martin et Clara vous ont fait une petite sélection d’une dizaine de bons vins rouges, blancs et un rosé, qui vont de 3,50 euros à 5,50 euros le verre.

Côté cocktails et apéritifs, on part sur une carte de boissons classiques avec sept cocktails (de 6,50 euros à 9 euros) allant du sprite au ti punch et huit apéritifs, du pastis au limoncello. “On essaye de faire une carte à majorité bio et locale, même si ce n’est pas possible pour tout le temps, précise la gérante. De même pour les softs. Et pour l’instant, on a un cocktail saisonnier qui change tous les trois mois, mais par la suite on veut faire plus de créations“.

Snacks faits-maison

Et comme boire et manger, ça va souvent ensemble, Houda la cuistot prépare tous les soirs, quelques snacks bien sympathiques, majoritairement végés, avec parfois une ou deux propositions carnivores, en plus du saucisson.

On a testé le muhammara (avec des poivrons) : c’est 100% validé.

Que dire de plus ? Ah oui : le bar va accueillir des événements, mais pour l’instant, Martin et Clara se laissent un mois avant de se décider sur le type d’animations. “On aimerait proposer des concerts par exemple, mais ça va dépendre de ce que nous demandent les client·es“, termine Clara. D’ici là, le bar a le temps de se créer sa clientèle fidèle.

Pour boire un godet au Bouquet, rendez-vous au 192 bd Victor-Hugo. Le bar est ouvert du lundi au mercredi de 17 heures à minuit, les jeudis jusqu’à 1 heure, les vendredis et samedis jusqu’à 2 heures et les dimanches jusqu’à 23 heures. Plus d’infos sur le Facebook et l’Instagram du bar.