Le resto Baba Yaga partage son livre de recettes avant de fermer définitivement

Dans Food Porn, Lille
Scroll par là

Fini les plats russes et ukrainiens de Natacha et Marina. Après onze ans de régalades sur la place Jeanne d’Arc à Lille, les deux gérantes s’en vont voguer vers de nouvelles aventures. Non sans laisser ce qu’on peut considérer comme une bible pour les amateur·rices de leur cuisine : un livre auto-édité rassemblant une centaine de leurs recettes.

La fermeture du resto russe-ukrainien n’est pas lié à la situation géopolitique catastrophique dans l’Est européen. Ni avec un quelconque problème économique. “On est fatiguées”, déclare simplement Natacha, l’ex-cogérante de Baba Yaga. C’est vrai que ça fait quand même onze ans qu’elle et Marina, la deuxième cuistot, mijotent leur borsch, vareniki, pelmeni et autres spécialités qui régalent cinq jours par semaine leurs client·es.

Alors que, rappelons-le, les deux femmes, l’une russe, l’autre ukrainienne n’étaient pas destinées à ouvrir un resto. “Marina a un diplôme d’ingénieure environnementale, indique son amie, qui terminait quant à elle sa thèse d’histoire. On n’imaginait pas créer Baba Yaga. On est contentes car on a voulu en faire un lieu convivial et chaleureux. C’est un pari réussi. Ce fut très intense sur la fin avec nos client·es“.

C’est donc une belle aventure imprévue qui se termine, et qui va laisser un vide dans le monde de la gastronomie lilloise. Mais une autre commence puisque l’enseigne végé-végan Pickles (anciennement Pause) s’installe à sa place. Du côté des gérantes, Natacha compte d’abord se reposer avant de se décider sur la suite. “Marina reprend ses études pour faire un master voire une thèse sur les sols pollués“, indique-t-elle.

Un livre d’adieu de recettes

Mais avant de tourner la page, elles ont voulu laisser une trace. Un livre de recettes auto-édité pour être précis·e, qui regroupe une centaine d’apéritifs-entrées-plats-desserts-boissons qu’elles ont pour la grande majorité, concocté dans leur resto. “On y a mis autant de soin que ce qu’on a mis dans notre cuisine“, déclare Natacha. Et c’est un bouquin made in Hauts-de-France, puisque les cuisinières ont fait appel à un graphiste et à un imprimeur d’Arras.

Et si Natacha et Marina utilisent beaucoup d’ingrédients des pays de l’Est dans leurs plats, il est tout à fait possible de faire sans. “On a toujours essayé de mettre des solutions de remplacement et de faire un livre de cuisine abordable. Même quelqu’un qui ne cuisine pas beaucoup peut faire les recettes“, explique l’ex-cogérante. Les puristes peuvent cependant aller aux Délices de l’Est de la rue de Turenne et aux Comptoirs de l’Est de la rue Gambetta pour trouver des produits de l’Est. “On a fait un lexique avec les noms en russe pour les aider à trouver dans les épiceries“, ajoute Natacha.

Bref, si le resto n’existe plus, il est encore possible de se régaler avec leurs plats. Il suffit de les contacter par mail à babayaga.resto@gmail.com ou par message sur la page Facebook du resto. Le livre coûte 22 euros et vous pouvez payer par chèque ou par virement. “À la rentrée, on va essayer de le mettre en librairie“, termine Natacha. Pour que chacun·e puisse mijoter des bons plats familiaux des pays de l’Est de chez iel.