À partir de lundi, la vitesse sera réglementée sur une partie de l’A1

Dans Lille, Transport

Chabe01 / WikiCommons CC BY-SA 4.0,

Scroll par là

Dès ce lundi 3 octobre, les treize nouveaux portiques installés sur l’A1 entre Lille et Dourges vont s’allumer et commencer à réguler la vitesse dans les deux sens. Comme c’est déjà le cas sur l’A25 et l’A22, l’A1 va donc expérimenter ce dispositif qui doit aider à décongestionner cet axe ultra-bouchonné aux heures de pointe.

Les travaux pour installer les treize portiques qui doivent afficher la vitesse réglementée sur une partie de l’A1sont désormais terminés et ils s’allumeront dès ce lundi 3 octobre 2022. La vitesse y variera désormais entre 70 et 130 km/h, par tranche de 20 km/h, sur certaines portions à certaines heures.

Déjà mise en place depuis 2016 sur l’A25 et depuis 2021 sur l’A22, la régulation de vitesse y a été concluante selon la direction départementales des routes (DIR-Nord). “L’A1, c’est quand même un gros morceau, annonce tout de même Xavier Delebarre, directeur de la DIR-Nord. C’est 200 000 véhicules par jour autour de l’agglo de Lille et c’est, avec l’A25, l’axe qui montre la congestion de trafic la plus forte.

Sur l’A25, justement, les premiers tests démontrent selon la DIR-Nord une fiabilisation du temps de parcours pour les automobilistes au fil du temps. Et, surtout, ces derniers gagneraient en moyenne plus de 8 minutes pour un parcours entre Méteren et Lille depuis l’élargissement de la régulation de vitesse jusqu’à Englos en 2020. Il y aurait également moins d’accidents déclarés sur cette portion de route depuis. 

C’est avec ces mêmes objectifs que la DIR-Nord lance le dispositif sur l’A1 :

  • sur 19 kilomètres dans le sens Paris > Lille à partir du croisement avec l’A21 (à hauteur de Dourges) jusqu’à la courbe de Ronchin
  • sur 7 kilomètres dans le sens Lille > Paris du départ de l’autoroute jusqu’au niveau de Seclin (sortie 19)

Les travaux de mise en place et de raccordement des treize portiques qui vont afficher les vitesses modulées ont coûté 60 millions d’euros.

Accès réglementés et covoit’

Une deuxième phase, qui doit arriver en 2023, devrait également intégrer la régulation au niveau des accès à l’autoroute sur cette portion : des feux clignotants seront installés au niveau de certains accès de l’A1 pour “éviter l’arrivée brutale d’une dizaine de voitures par exemple sur l’autoroute et qui provoquerait une petite perturbation qui suffirait à démarrer une congestion du trafic“.

Concernant les contrôles, c’est bien une vitesse réglementaire, et non juste conseillée, qui sera affichée sur les panneaux. Même si les radars fixes ne sont pas encore asservis à la vitesse réglementée, vous pouvez écoper d’une amende pour excès de vitesse lors d’un contrôle radar mobile si vous ne la respectez pas.

Une nouveauté pourrait également être expérimentée dès 2023 sur l’A1 : une voie réservée au covoit’. Une petite portion serait en test lors des heures de pointe mais la DIR-Nord compte attendre que le projet d’Ecobonus mobilité de la MEL avance, tout comme la mise en place de la zone à faibles émissions dans la métropole attendue pour fin 2024, pour s’engager dans cette voie.

Quant aux nouveaux axes du secteur qui pourraient eux-aussi passer en partie en vitesse réglementée, l’A23 et l’A27 sont évoquées.