Du 6 au 16 octobre, l’Opéra de Lille démarre sa saison avec un festival des rêves

Dans Article Sponsorisé, Culturons-nous, Lille, Music in my ears

©Simon Gosselin Opéra de Lille

Scroll par là

Article sponsorisé @Opéra de Lille

La saison 2022-2023 commence en beauté à l’Opéra de Lille avec un festival d’ouverture sous le signe du sommeil et des songes. Au cœur de la programmation : l’opéra Sémélé de Händel, mais aussi des concerts, de la danse, et bien d’autres surprises pour commencer l’année en douceur, en rêve et en musique. On vous détaille tout ça.

Commençons par le temps fort de l’événement, à savoir le sublime opéra Sémélé de Händel, mis en scène par Barrie Kosky, avec Emmanuelle Haïm à la musique. Joué à cinq reprises pendant le festival, il va vous plonger dans un océan de désirs et de passions incandescentes, mais aussi de rêves, d’hallucinations, de trahison et de vengeance. “On passe un peu par toutes les émotions, raconte Mathilde de l’Opéra de Lille. Le public est tiraillé, avec des scènes drôles comme effrayantes. Il y a une véritable tension dans l’œuvre.

Voilà un aperçu du décor (un palais incendié). Oui, c’est du lourd. ©Simon Gosselin

On vous fait un petit résumé à la sauce Vozer : Sémélé, fille de roi, va être mariée à un type qu’elle n’aime pas, alors qu’elle a le béguin pour Jupiter, le père des dieux (rien que ça). Ce dernier se transforme en aigle pour l’emmener au septième ciel dans son royaume afin qu’ils fassent leurs petites affaires. Mais pour celles et ceux qui connaissent la mythologie, vous savez bien que notre pote Jupiter n’est pas du tout célibataire. Et sa femme Junon est super jalouse (ce qui se comprend vu les mille coucheries de sa moitié).

Pour se venger, celle-ci prend la forme d’Ino, la sœur de Sémélé, et vient lui murmurer à l’oreille qu’elle peut devenir immortelle, si elle arrive à voir Jupiter sous sa véritable apparence divine. Challenge accepted pour Sémélé, qui est méga frustrée de cette différence mortelle/Dieu. Sauf que la vraie nature de Jupiter est… foudroyante. Résultat, Sémélé finit en cendres. Et de ses cendres naît Bacchus, le dieu de l’ivresse et de l’extase.

  • Dates de représentations : 6, 8, 11, 13 et 16 octobre
  • Prix : 5 € à 72 €. Une introduction à l’œuvre est prévue 30 minutes avant chaque représentation dans le Grand foyer
  • Durée : environ 3h15 (avec entracte)

Une déambulation chorégraphique dans l’Opéra

La chorégraphe a fait du sur-mesure pour l’Opéra de Lille ©Simon Gosselin

Pour continuer à s’émerveiller, l’Opéra de Lille vous propose également une visite du bâtiment, à travers la fantaisie chorégraphique imaginée spécialement pour le lieu, par Julie Desprairies et ses deux danseuses. Vous pourrez ainsi faire un tour sous la scène, dans les loges et dans bien d’autres endroits où la magie du lieu opère, avec un·e employé·e de l’Opéra qui vous parlera de son métier.

  • Date : tous les jours du 7 au 16 octobre
  • Prix : 5€
  • Durée : environ 45 minutes

Des concerts envoûtants

Les amoureux·ses de musique vont être gâté·es, puisque huit concerts oniriques sont au programme du festival, dans la Grande salle et dans le Grand foyer. “Ils nous donnent l’occasion de découvrir une nouvelle génération d’artistes particulièrement remarquables pour leur inventivité dans les programmes et leur façon de nous les adresser“, raconte Caroline Sonrier, la directrice.

Voici Waed Bouhassoun, joueuse de luth et chanteuse druze syrienne @F.Guenet

Et il y en a pour tous les goûts : pour les grand·es sensibles (Rêves amoureux de Sheva Tehoval et Juliette Sabbah) ; celles et ceux qui veulent voyager dans les sonorités arabes (Voix de la passion de Waed Bouhassoun et Moslem Rahal) ; les autres qui veulent être bercé·es par le dieu du sommeil (Hypnos de la compagnie La Tempête et Simon-Pierre Bestion) ; ou encore les amoureux·ses des sons jazzy de Miles Davis ou Wayne Shorter (Métamorphoses nocturnes du Quatuor Ébène). La liste n’est pas complète, mais vous avez l’idée, la musique est là pour vous plonger dans vos rêves.

  • Dans la Grande salle :
    • Dates : 9 et 15 octobre
    • Prix : entre 5 € et 23 €
    • Durée : 1h20 à 1h30
  • Dans le Grand foyer :
    • Dates : les 7, 10, 12, 14 et 15 octobre
    • Prix : entre 5 € et 10 € en tarif normal, 8€ pour les celles et ceux qui ont le pass Mercredi et c’est gratuit pour les abonné·es “10 spectacles et +”
    • Durée : entre 1h et 1h20

Des lectures du royaume des songes

Toujours dans l’optique de voyager dans le royaume des rêves sous toutes ses formes, L’Opéra complète la programmation de son festival avec des lectures appelées Quotidiennes. Des moments littéraires en prélude de l’opéra et des concerts qui entrent, chacun à leur manière, en écho avec ces derniers. Trois comédien·nes se partagent ainsi des extraits de Virginia Woolf pour parler d’amertume, d’espoir et de rêves de femmes, de Mikhaïl Boulgakov et de ses visions cauchemardesques et satiriques, de Jakob Lenz et de ses délires poignants, et de bien d’autres auteur·rices.

  • Date : tous les jours du 6 au 16 octobre (sauf les 11 et 13 octobre)
  • Prix : entrée libre
  • Durée : environ 30 minutes

Un atelier pour chanter en chœur

Et pour ne pas être que spectateur·rices du festival, l’Opéra vous propose également de faire résonner votre voix (avec d’autres voix), en chantant l’un des chœurs de Sémélé, avec un piano en accompagnement. Et pas besoin d’être un grand baryton ou une mezzo-soprano pour participer.

  • Date : 9 octobre à 15 heures
  • Prix : entrée libre
  • Durée : environ 30 minutes

Le festival d’ouverture de l’Opéra de Lille, c’est du 6 au 16 octobre. Pour celles et ceux qui ne sont jamais allé·es à l’Opéra, il est situé place du Théâtre. Retrouvez le programme complet sur le site internet de l’établissement, leur Facebook et leur Instagram. Vous pouvez réserver vos billets dès maintenant sur l’espace billetterie en ligne.

Article sponsorisé @Opéra de Lille